contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



« NAWLE » : Référence dans le choix du bon compagnon



Mot polysémique, le terme nawle se traduit, d’après Massamba Gueye, docteur ès-lettres, spécialisé de la littérature orale, par l’expression alter ego. Selon M.Guèye, le terme nawle est formé à partir du verbe naw en wolof, qui veut dire avoir de la révérence pour quelqu’un, c’est-à-dire être tellement séduit par le comportement de quelqu’un, qu’au bout du compte, on finit par avoir de l’estime pour ladite personne.



« NAWLE » : Référence dans le choix du bon compagnon
Cependant, lorsque le wolof parle de nawle, il faut aussi comprendre que c’est ce qu’on appelle un alter ego. Il ya trois façon d’être le nawle de quelqu’un. « Quand le wolof dit souvent diw duma nawleem, (je ne suis pas son alter ego), cela veut dire qu’il mésestime la personne soit pour sa naissance soit pour son savoir ou soit pour son avoir », dit-il. Par exemple, le milliardaire qui n’est pas intelligent dira en wolof au millionnaire « ki du sama nawle » ou « duma nawlem ». Les gens qui ne comprennent pas aussi d’où viennent les répartitions socioprofessionnelles diront par exemple « mann guewel du sama nawle », indique le spécialiste de la littérature orale. Dans ce sens, le wolof fait une différence au niveau du statut social par rapport à la naissance. Aussi, quelqu’un qui est diplômé de toutes les écoles du monde peut dire du non initié « du sama nawle ». « C’est un terme par lequel on refuse de conférer à quelqu’un d’autre un statut social qu’on s’auto-donne du fait d’une position intellectuelle, financière ou de naissance », précise-t-il.

Le terme est aussi utilisé dans le sens positif dans le domaine de l’éducation pour la transmission des comportements. En milieu wolof, indique M. Guèye, une femme dira à sa fille, « tanal sei andando, nit dey xam nawlem ». Cela veut dire : il faut choisir sa compagnie car chaque personne doit aller avec un homme de bien. « Chaque fois qu’on l’utilise dans ce sens, nawle signifie dans ce cas, quelqu’un de bien qui peut influencer positivement. Partant de cet exemple, nous comprenons que le wolof utilisait le mot nawle pour rectifier un comportement négatif. Une façon de dire à la personne : « cherche de bons compagnons », confie-t-il. Par contre, quand le terme est utilisé dans le cadre du mariage, il renvoie directement aux groupes socioprofessionnels qu’on appelle en Inde les castes. « Diw du sama nawle » dans le cadre du mariage, signifie que vous n’êtes pas de la même lignée. « Nawle est la personne à qui l’on confère des attitudes positives et qui doit être la référence dans le choix du bon compagnon pour vivre de manière sociale », précise M.Guèye

Comme anecdote, Massamba Guèye cite l’exemple des lutteurs sénégalais. « Lorsqu’ un lutteur pèse 70 millions et qu’on lui propose comme adversaire, un lutteur qui n’appartient pas à la cour des grands, il dira de ce dernier « du sama nawle ». Le critère ici, c’est le montant du cachet. Et de poursuivre par ces mots, « Les lutteurs ne sont plus en catégorie de poids, ni en catégorie de naissance mais en catégorie financière. Dans l’arène on ne cherche plus qui fait 100kg ou 70 kg, on parle plutôt de la cour des grands. C’est là où le terme nawle sur le plan sociologique connait une déviation. Mais le mot disparait de plus en plus sur le plan social parce que les mariages exogamiques sont de plus en plus nombreux ».

Maguette GUEYE DIEDHIOU
Le Soleil

PiccMi.Com

Lundi 30 Août 2010 - 06:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.