contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Non respect de ses engagements : Le Saems-Cusems menace de porter plainte contre l'Etat





Non respect de ses engagements : Le Saems-Cusems menace de porter plainte contre l'Etat
L'année scolaire est loin d'être sauvée malgré les accords signés le 30 avril dernier entre l'Etat et les enseignants. Le Saems-Cusems déplore, selon Le Populaire, des "manquements graves" de la part du gouvernement et n'exclut pas d'initier des plans d'action pour mettre en péril les examens de fin d'année dont le réaménagement souffre déjà d'incohérences notoires.

Le Secrétariat riat permanent du Saems-Cusems, qui s'est "félicité de la publication n°2015-583 du 11 mai 2015 portant application de la validation et contractualisation pour les fonctionnaires", déplore le fait que "la majeure partie des directives du Premier ministre n'ait pas été respectée par les ministres concernés et les délais largement dépassés". Le syndicat, exhibant des "preuves", indique que rien n'a été respecté au sujet de la "formation diplômante des enseignants", des "lenteurs administratives", des "rappels de validation", du "régime indemnitaire des enseignants", de la "redynamisation de la commission gestion démocratique, une des mesures phares prises par le PM".

Ce n'est pas tout, Le Saems-Cusems fustige, selon le journal, "le comportement irrévérencieux de certains ministres et agents de l'administration (qui) ont eu l'outrecuidance de refuser l'application de la décision ferme de Macky Sall, lors du Conseil des ministres du 27 mai 2015, de procéder à la restitution intégrale des ponctions qui ont été illégalement effectuées sur les salaires des enseignants". En lieu et place, dénonce le syndicat, "ils n'ont remboursé que les ponctions de mai, ce qui représente", à leurs yeux, "un acte d'insubordination à l'endroit de l'autorité suprême et de défiance à l'égard des enseignants et de leurs syndicats". Pour les responsables dudit syndicat, "ces ponctions sont désormais sans objet car, dans le cadre du réaménagement du calendrier scolaire, toutes les heures grevées seront compensées".

Toutefois, "en ce qui concerne les ponctions opérées sur les salaires des enseignants, compte tenu de leur caractère illégal, le Secrétariat permanent se réserve le droit d'ester l'Etat du Sénégal en justice et d'informer la société civile, les organisations de droits de l'Homme et les institutions internationales de ces violations flagrantes des droits des travailleurs".


Samedi 6 Juin 2015 - 12:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.