contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Ouakam réclame des mesures urgentes pour son hôpital sinistré





Ouakam réclame des mesures urgentes pour son hôpital sinistré
Le chargé de communication de la Collectivité lébou de Ouakam, Pape Abdoulaye Diagne, a invité les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires pour rendre opérationnel le centre de santé de la localité et à mettre un terme aux constructions environnantes susceptibles d’affecter la structure sanitaire.

‘’C’est une zone naturelle de rétention d’eau et si les travaux continuent demain encore le mur de clôture du centre de santé va tomber’’, a dit M. Diagne, en marge d’une visite effectuée par les autorités de la ville de Dakar pour constater les dommages causés par les inondations dans cette structure sanitaire.

Le centre de santé de Ouakam a été évacué suite aux inondations survenues après la forte pluie de la nuit de lundi à mardi. Plusieurs de ses services sont sous les eaux suite à l’affaissement d’une partie du mur de clôture. Il y a eu du matériel abimé notamment au cabinet dentaire, au laboratoire d’analyses, sans compter les médicaments qui sont affectés par les eaux.

Selon le porte-parole de cette communauté locale, le mur de clôture a cédé parce qu’il ne pouvait plus résister au déferlement d’eau pluviale. Derrière ce petit hôpital, il y avait un bassin naturel de rétention, une zone de cultures sauvages, où il y avait des champs permettant de capter l’eau.

‘’Malheureusement, a-t-il dit, depuis quelques années, la zone est morcelée et est lotie avec des constructions qui font qu’il n’y a plus de possibilités pour l’eau de stagner dans la zone.’’

M. Diagne, qui est également conseiller municipal à Ouakam, a relevé que ‘’le trop plein d’eau ne peut que se détourner vers le centre de santé qui constitue, aujourd’hui, au gré de la construction du pont jouxtant le monument de la Renaissance, un bas fond’’.

En 2008, ce phénomène s’était produit lorsque les travaux de construction de la route et du Monument de la Renaissance africaine avaient commencé, a rappelé le porte-parole qui est un ancien président du comité de gestion du centre de santé de Ouakam.

En ce temps, a-t-il souligné, l’actuel préfet de Dakar, Ibrahima Sakho, avait effectué une descente en demandant l’arrêt de tous les travaux et de morcellement dans la zone.

‘’Malheureusement le travail n’a pas été fait correctement à cause d’un certain laxisme qui, aujourd’hui remet le même problème au goût du jour avec tous les risques que cela comporte’’, a affirmé Pape Abdoulaye Diagne.

Sur l’attribution de terrains en bail de l’Etat du Sénégal, il a estimé que cela nécessitait la tenue d’une réunion d’une commission administrative présidée par le maire qui fait des propositions d’attribution. ‘’S’il y a eu des baux, c’est parce que cette commission était consentante’’, s’est-il désolé.

Selon M. Diagne, les populations de Ouakam soient privées d’un centre opérationnel et où il n’y a plus de possibilité d’accéder à des soins de qualité.

Le plus urgent, a-t-il ajouté, ce sont des mesures urgentes à prendre qui s’imposent notamment avec le curage des fosses sceptiques parce que les eaux se sont déversées au niveau du centre de santé et ont rendu les locaux impraticables.

APS

Mardi 14 Août 2012 - 20:59



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Octobre 2017 - 11:19 Côte d'Ivoire : crash d'un avion cargo


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.