contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Ousmane Sow Huchard raconte l'histoire de la kora





Ousmane Sow Huchard raconte l'histoire de la kora
PICCMI.COM- L'anthropologue et musicologue sénégalais, Ousmane Sow Huchard, a retracé samedi, l’origine de la kora, instrument de musique traditionnelle mandingue depuis sa conception jusqu’à son rayonnement à travers le monde.

La kora traditionnelle, avec sa caisse de résonance, est faite d'une demi-calebasse sur laquelle a été tendue une peau de vache. Sur un solide bâton, appelé la hampe traversant cette calebasse, des anneaux de cuir permettent de fixer l'extrémité des 21 cordes en boyaux d'animal.

‘’Pendant la fabrication, le griot appelle une femme pour qu’elle communique sur sa fécondité avec la kora. Une fois la fabrication terminée, le propriétaire peut tenir son instrument des trois doigts de chaque main, laissant libres les pouces et les index, afin de donner une sonorité exceptionnelle’, a expliqué Ousmane Sow Huchard.

Il animait une conférence publique sur la ‘’kora : objet témoin de la civilisation mandingue’’, dans le cadre des festivités marquant la fête de la musique.

L’anthropologue a présenté plusieurs photographies sur les origines de la kora, son histoire, sa description, sa fabrication, ses systèmes d’accordage, ses grands virtuoses d'hier et d'aujourd'hui et son rayonnement à travers le monde.

L’une des plus ancienne photographies date de 1905. C’est celle du griot sénégalais Almamy Guèye, habitant à la Médina, rue 41.

‘’La kora traditionnelle de la civilisation mandingue avait des piques mais avec le temps, elle est faite de punaises métalliques et près de 60 éléments décoratifs. Le griot qui la jouait était assis en position royale (en bas le sol) pour mieux se faire entendre’’, raconte Ousmane Sow, Huchard.

Pour rapporter une ‘’thèse exacte’’ sur les origines de la kora, le msusicologue a interrogé de ‘’grands virtuoses aujourd'hui disparus", dont Sunjulu Sissoxo, Banna Sissoxo, Lalo Kéba Dramé, Fodé Dramé, Abdoulay Sissoxo, Messing Sissoxo, Jali Bamba Sissoxo ou encore le frère Dominique Catta du monastère de Keur Moussa, dans la région de Thiès (ouest).

Seulement a-t-il poursuivi, l’origine de la kora reste encore difficile à situer. ‘’Certains soutiennent la thèse qu’elle était l’instrument personnel d’une femme-génie qui vivait dans les grottes de Kansala en Gambie'', a-t-il dit.

Pour d’autres, à savoir les griots de la Casamance, du Mali ou du Burkina Faso, la kora est ''un héritage de nos parents et arrière grand-parents''.

‘’C’est plus qu’un instrument de musique. On se doit d’accomplir certains rituels, et de la baptiser quand elle est terminée’’, a relevé Ousmane Sow.

M. Sow a réalisé une étude "exhaustive" sur la kora, dans le cadre de la préparation de sa thèse de doctorat en anthropologie et sciences humaines (900 pages), soutenue à l’Université Laval du Québec.

Aps


Lundi 23 Juin 2014 - 16:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.