contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



PASSE A TABAC LORS DES MANIFESTATIONS DU 27 JANVIER : Daddy Bibson raconte son aggression





PASSE A TABAC LORS DES MANIFESTATIONS DU 27 JANVIER : Daddy Bibson raconte son aggression
Le rappeur Daddy Bibson, leader du mouvement «Nouvelle Orientation Nationale», qui a été victime d’agressions par des inconnus, vendredi dernier, lors des manifestions contre la validation de la candidature d’Abdoulaye Wade, compte saisir Amnesty International. «Il y a un de mes amis qui a pris les photos après mon agression. Il les a envoyées au niveau de la presse et on va les envoyer au niveau de Amnesty International demain (aujourd’hui)», a déclaré, hier, le rappeur avant de revenir sur les circonstances de son agression. «J’étais avec quelques-uns de mes petits gars, quand les policiers ont commencé à lancer leurs grenades lacrymogènes, à la Place de l’Obélisque, vendredi, vers 22 heures. On s’est déplacé jusqu’au niveau du Point-E. Je voulais rejoindre la Radhho et j’ai appelé un taxi et j’ai dit aux autres qu’on se trouve à la maison du Parti socialiste», explique le membre de la coalition «Bennoo ak Tanor. Poursuivant, il soutient que c’est «à ce moment que des gens que je ne connais pas ont intercepté et arrêté le taxi et ils m’ont fait sortir de force du véhicule. Ils m’ont insulté, puis ils m’ont menotté et ont couvert mes yeux. Ensuite, à bord de leur véhicule, ils m’ont emmené dans un endroit que je ne connais pas. Ils ont continué à m’insulter en disant qu’ils vont casser la gueule aux rappeurs qui sèment la zizanie dans ce pays». Le calvaire de Daddy Bibson était cependant loin d’être fini. Il ne faisait d’ailleurs que commencer. «C’est à partir de là qu’ils ont commencé à me taper violemment en me demandant qui sont ceux qui nous donnent de l’argent. Ils m’ont blessé à la tête, au coup, à la nuque et aussi au niveau des côtes. Ils m’ont tabassé sévèrement et m’ont blessé partout», ajoute Daddy Bibson avant de souligner : «Je n’ai pas vu leur visage, mais je sais que ce sont des professionnels».

Finalement, c’est au bout de la nuit, pour ne pas dire au petit matin, que le rappeur a été relâché. «Ils m’ont retenu jusqu’aux environs de 4 heures du matin et ils m’ont mis dans une voiture pour ensuite me jeter à la corniche. Comme ils avaient arraché mes habits, pris mes chaussures, mon argent et les Cd que je viens de sortir et que j’avais par devers moi, je me suis retrouvé-là, en sous-vêtement».

Marianne NDIAYE
Source Le Populaire


VIA XIBAAR


Lundi 30 Janvier 2012 - 21:31



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.