contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



PLACÉ SOUS MANDAT DE DEPÔT HIER : Tamsir Jupiter Ndiaye fera face au Juge ce mercredi : Chronique d'une Mort Sociale





PLACÉ SOUS MANDAT DE DEPÔT HIER : Tamsir Jupiter Ndiaye fera face au Juge ce mercredi : Chronique d'une Mort Sociale
Le chroniqueur de l’hebdomadaire « Nouvel Horizon » et son co-prévenu qui est de surcroit son amant feront face au juge le 17 octobre prochain. Tamsir Jupiter Ndiaye et Matar Diop Diagne ont été inculpés par le substitut du procureur pour acte contre nature et CBV et placés sous mandat de dépôt. Ils ont passé leur première nuit à la Mac de Rebeuss.

L’homme de presse et le commerçant seront fixés sur leur sort le mercredi prochain au tribunal des flagrants délits de Dakar. Tamsir Jupiter Ndiaye et Matar Diop Diagne qui ont fait face au substitut du procureur, Kansou Kamara répondront des délits d’acte contre-nature et Coups et blessures volontaires de part et d’autre. Pour ces faits, ils ont été en placés en détention préventive en attendant leur procès qui sans doute battra tous records d’audience.

Mercredi dernier, Tamsir Jupiter Ndiaye et Matar Diop Diagne se sont rencontrés au bureau du premier pour une partie de jambes en l’air moyennant une somme d’argent et un tissu. Seulement les choses vont virer à la bagarre quand après avoir joui , le chroniqueur de Nouvel Horizon refuse de respecter ses engagements. Pis, face au refus de ce dernier de vider les lieux, il lui plante un couteau au bas ventre. Le commerçant riposte et les deux amants se blessent mutuellement. Résultat : ils sont tous les deux conduits à l’hopital Principal pour y recevoir des soins. Cueillis par la Police, ils sont gardés à vue au commissariat central de Dakar où ils ont tous les deux reconnu leur penchant homosexuel. Cependant, le journaliste a réfuté la thèse servie aux enquêteurs par son ami.

Chronique d'une Mort Sociale

Sa mise à mort médiatique est calée. Son chômage professionnel sera d'une lugubre automaticité et d'une sinistre immédiateté. Sa mort sociale ne pourra tenir dans les communiqués nécrologiques mais sur les couvertures des journaux, à la radio, à la télé et sur le net. Ainsi, le journaliste chroniqueur deNouvel Horizon Tamsir Jupiter Ndiaye mourra deux fois. D'abord un bannissement social, en live qui l'entraînera aussi loin qu'un homme puisse descendre aux enfers qu'il s'ensevelira lui-même, s'il ne se suicide pas, au petit matin.

Déjà, la société vient de lui retirer la liberté d'aller et de venir : il vivra caché, loin de Dakar et peut-être du Sénégal. Le quartier où il habite, vient de lui refuser le droit au logement. Il n'y reviendra plus. Seule son ombre y planera. L'Unesco va lui notifier, froidement, la rupture de son contrat. Sa chronique à Nouvel Horizon passera de vie à trépas. Le corps enseignant auquel il appartient, ne voudra pas assister à la levée de ce corps... malade.

Il n'aura plus d'existence dialectique sur les plateaux de Rfm, Tfm, Zik Fm, Sen Tv et dans les colonnes des journaux prestigieux.

Il a été au sommet des sommets de la notoriété médiatique, au championnat hors concours de l'outrance, de la truculence et de la virulence. Au coup de sifflet final du destin, il n'exercera plus la liberté de dire, de pensée, d'écrire et... d'exister. Féroce et cruelle la vie !

La planète de ses amis tiendra sur les cinq doigts de la main.

Son père et sa mère, ses frères et soeurs seront inconsolables pour le restant de leur vie. Son épouse vivra recluse et portera, à vie, les stigmates de ce ménage où actrice silencieuse, elle traînera une blessure qui jamais ne se refermera. Il ne pourra plus, de la même façon, regarder ses enfants qui à leur tour, affronteront la méchanceté dans toute son splendeur à l'école, au lycée et à l'université.

Son passage sur terre demeure à présent un cauchemar pour lui, sa famille, ses parents, ses proches et amis... Il ne s'habite plus : une déchéance sexuelle et sociale et une décomposition morale et psychologique sont en phase terminale.

Tamsir Jupiter Ndiaye est déjà mort, pourtant il est encore vivant... juste le temps de s'expliquer sur son homosexualité...

Nous sommes dans une société d'hypocrisie. Dans nos familles, à la mosquée, à l'église, à l'école, au travail, au marché, dehors et dedans surtout, il y existe le viol, l'inceste, la pédophilie, l'homosexualité, le lesbianisme. Mais...

Piccmi.com avec setal.net et lesenegalais.net

Samedi 13 Octobre 2012 - 10:27



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 12:38 De la cocaïne retrouvée dans des ananas


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.