contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



POUR CORRIGER SA FILLE ADOPTIVE : La dame brûle ses parties intimes





POUR CORRIGER SA FILLE ADOPTIVE : La dame brûle ses parties intimes
Pour freiner ‘’les dérives sexuelles’’ de sa fille adoptive, la dame Henriette Kiné Dème a brûlé ses parties intimes avec une cuillère chauffée.


Pour une mère, c'est difficile de constater la déviance sexuelle de sa fille. Certaines tentent de corriger le mal par le dialogue ou la privation. Henriette Kiné Dème a elle opté pour les sévices corporels. Invitée à se justifier, elle a déclaré avec pudeur : ‘’Elle commençait à faire un jeu interdit aux enfants.’’

La dame ne supportait plus le comportement déviant de la fille de l’une de ses cousines dont elle a la garde depuis 11 ans, alors qu'elle était à peine âgée de 3 ans. L'adolescente entretenait des relations sexuelles avec plusieurs hommes du quartier. Pour la corriger, la dame lui a brûlé les parties intimes. ‘’Je voulais l’intimider en la brûlant avec une cuillère que j’ai chauffé avant de le mettre sur son sexe’’, a confié la dame.

Apparemment révulsé par les confessions de la prévenue, le président a lancé à cette dernière : ‘’C’est de cette façon qu’on intimide un enfant ? Il y a d’autres moyens de le faire !’’ Le juge de poursuivre : ‘’N’est-ce pas que vous avez des enfants ? Donc essayez-le avec les vôtres !’’ Malgré ces remarques du juge, la dame a persisté dans ses justifications, en soutenant que son intention était juste d’intimider l’adolescente pour la faire revenir sur le droit chemin.

Un argument qui n'a pas semblé convaincre le juge qui a reproché à la dame de n’avoir pas conduit la fille à l’hôpital, après les faits. ‘’Malgré qu’elle souffrait, vous avez continué à la faire travailler sans l’emmener à l’hôpital’’, a pesté le juge.

La mère a répondu qu'elle a prodigué des soins à la victime par l’intermédiaire de ses voisins médecins. Seulement la prévenue, accusée de maltraitance, a été dénoncée par la ‘’bajanu gox’’ de son quartier. Celle-ci a fini par mettre la puce à l’oreille des policiers. C’est pourquoi Henriette Kiné Dème s’est retrouvée hier à la barre du tribunal départemental de Dakar.

Si elle a échappé au mandat de dépôt, grâce à son bébé de deux mois, elle n’est pas encore sortie de l’auberge. C’est pourquoi son avocat Me Idrissa Sadjo a sollicité la clémence. ‘’Elle a voulu corriger, mais sa correction est abusive’’, a-t-il soutenu. Délibéré lundi prochain.

Enquête

PiccMi.Com

Jeudi 8 Mai 2014 - 21:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.