contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



POUR DES PROPOS JUGES OUTRAGEUX TENUS LORS DE L’EMISSION «FACE-2-FACE» SUR LA TFM : Bara Gaye pourrait être poursuivi pour offense au chef de l’Etat





POUR DES PROPOS JUGES OUTRAGEUX TENUS LORS DE L’EMISSION «FACE-2-FACE» SUR LA TFM : Bara Gaye pourrait être poursuivi pour offense au chef de l’Etat
Le secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl), Bara Gaye, pourrait, selon des sources policières, être poursuivi dans les jours à venir pour offense au chef de l’Etat. Cela, pour avoir tenu des propos jugés outrageux à l’endroit du Président Macky Sall sur la Tfm, dimanche dernier à l’émission «Face2Face».

La machine judiciaire risque d’être mise en branle dans les prochains jours contre le secrétaire général de l’Ujtl, Bara Gaye. Selon des sources policières, des éléments de la police ont fait une descente, hier, dans les locaux de la Tfm, pour demander la bande de l’émission «Face2Face» de dimanche dernier, qui avait comme invité le patron des Jeunesses libérales, Bara Gaye. Ce dernier a tenu ces propos en Wolof : «Macky Yambarr-le» (Macky est un poltron). Ces propos qui ne sont pas passés inaperçus dans l’opinion avaient choqué plusieurs téléspectateurs de la Tfm. La police a pensé que Bara Gaye, en tenant de tels propos à l’endroit de Macky Sall, s’attaque à la plus haute institution du pays. Bara Gaye a donc franchi les limites dans son face-à-face avec l’animatrice de l’émission, Aïssatou Diop Fall. En mettant la main sur la bande, la police compte la visionner à nouveau pour avoir ainsi tous les éléments à charge contre Bara Gaye. Des éléments qui serviront à ouvrir un dossier de délit d’offense au chef de l’Etat. Un délit qui est passible d’une peine d’emprisonnement de six mois ferme contre l’auteur de ces propos outrageux.

Joint au téléphone, Bara Gaye dit n’avoir pas encore reçu de convocation de la police. Et que s’il la recevrait, il dira ce qu’il en pense. Pour l’instant, il a juste appris que la rediffusion de l’émission a été interdite.

Pour rappel, au mois de juillet dernier, lors de la manifestation du samedi 23 juillet 2011, le rappeur Thiat, cofondateur du mouvement «Y en a marre», avait critiqué Wade sans le nommer, en wolof : le «patriarche qui ment». Il avait été convoqué à la Division des investigations criminelles (Dic). Les policiers enquêtaient sur un délit d’offense au chef de l’État et d’injure publique. Mais il sera relâché 48 heures après, après la pression des organisations de droit de l’Homme.

L'Observateur

Samedi 23 Juin 2012 - 22:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.