contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



PROCÈS HABRÉ : LE PREMIER TÉMOIN ATTENDU MERCREDI DEVANT LES CAE





La lecture de l’acte d’accusation par les greffiers des Chambres africaines extraordinaires (CAE) qui a démarré lundi a pris fin ce mardi à 12h 53, ouvrant ainsi le bal des témoins au procès de Hissein Habré mercredi à la reprise de l’audience à 9 heures.

Le procès de l’ancien président tchadien Hissein Habré a repris mardi à Dakar avec la poursuite de la lecture de l’acte d’accusation, un document de 197 pages constitué principalement de rapports d’enquête, d’entretiens, de coupures de presse, entre autres sources.

L’accusation décrit de façon détaillée ‘’le système répressif du régime de Habré marqué par des arrestations, des assassinats, des détentions irrégulières, des exécutions sommaires, etc’’. L’ex-président tchadien a été contraint de comparaitre devant lundi devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE) à la reprise de son procès pour crimes contre l’humanité, après quarante-cinq jours d’interruption.

Hissène Habré poursuivi pour crimes de guerre, crime contre l’humanité et torture, ne reconnait toujours pas les CAE. Il est inculpé pour des atrocités qu’il aurait commises en dirigeant le Tchad entre 1982 et 1990.

Quelque 40 mille personnes - dont des opposants - auraient été tuées par son régime, selon des organisations de défense des droits de l’homme. Habré est jugé par les Chambres africaines extraordinaires au sein des juridictions sénégalaises pour crimes contre l’humanité, torture et crimes de guerre.

Ces Chambres ont été inaugurées par le Sénégal et l’Union africaine en février 2013 afin de poursuivre ‘’le ou les principaux responsables’’ des crimes internationaux commis au Tchad entre 1982 et 1990, quand Hissein Habré était au pouvoir.

Le président Kam siége aux cotés de deux juges sénégalais expérimentés. Le procès devrait durer deux mois, au cours desquels environ 100 témoins et victimes sont attendus à la barre.


Mardi 8 Septembre 2015 - 15:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.