contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



PROJET D’EXTENSION DU GROUPE FUTURS MEDIAS : Youssou Ndour « piégé » au Port sur 2,4 milliards





PROJET D’EXTENSION DU GROUPE FUTURS MEDIAS : Youssou Ndour « piégé » au Port sur 2,4 milliards
PICCMI.COM-Selon l'Enquete, de l’électricité en l’air entre le patron du groupe Futurs Médias, Youssou Ndour et Dubaï Port World (DPW) à Dakar. Cette société a endommagé au point de la rendre inutilisable, une unité d’impression Offset et d’emballage, d’un coût de 2 409 260 792 francs Cfa, alors que les services de manutention étaient en train de débarquer la machine. C’est au moment du déchargement que l’incident a eu lieu. Et la conséquence immédiate a été la mise hors service du “bijou” en acier de 20 tonnes qui devait être transporté à Diamniadio où un site de 5 000 mètres carrés avait été aménagé pour accueillir l’imprimerie. Il faut savoir que le Groupe Futurs médias (GFM) avait contracté un crédit de 18,2 millions d’Euros, soit 12 milliards de francs Cfa, auprès d’Afreximbank ; la banque africaine d’Import /Export. Un prêt dont le remboursement est étalé sur 5 ans qui doit permettre à Youssou Ndour d’investir le bien juteux marché de l’emballage qui serait de près de 40 milliards de francs Cfa, selon les chiffres les plus bas. En vérité, les faits datent du mois de juillet dernier, alors que la machine, en provenance d’Allemagne était attendue avec grand espoir sur la terre ferme dakaroise. Qu’est-ce qui s’est passé pour que pareil incident inhabituel tombe donc sur… Youssou Ndour ? Certains en tout cas s’étonnent du fait et n’écartent pas…le sabotage. Ce qu’on sait en tout cas, c’est que Youssou Ndour ne veut pas trop faire de bruit autour de cette affaire. Ce, d’autant plus que Dubaï Port ne nie pas sa responsabilité dans l’affaire, selon les sources du journal l’Enquête. Mais le problème réside sans nul doute dans le temps que la société prend pour “soigner” le préjudice ainsi créé. Joint au téléphone, Birane Ndour, Directeur général adjoint du groupe Futurs Médias, a du mal à cacher son impatience : “Il est grand temps qu’on nous paie. Cela fait presque 9 mois et le préjudice est prouvé”, dit-il sans vouloir aller au fond du dossier. Va-t-on donc vers un bras de fer pour obliger DPW à “accélérer la cadence”, pour utiliser la fameuse expression de Mimi Touré ? Selon toujours leurs sources, le Groupe de Youssou Ndour a fini de rassembler toute la paperasserie d’experts sur cette affaire. Et nul doute que ça saignera très bientôt, si rien n’est fait pour compenser le préjudice. Une affaire à suivre !



Mercredi 22 Avril 2015 - 08:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.