contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



PROMESSE DE VISAS : Les escrocs droguent les victimes pour s’emparer de plus de 5 millions de franc Cfa



Sur la base d’une promesse de visa faite à des candidats au voyage, les escrocs S. Sy Kâ, licencié en gestion et l’informaticien Mass. Sarr, avec leur acolyte, les ont drogués pour leur subtiliser plus de 5.000.000F Cfa. Les nommés S. Sy Kâ, son co-prévenu Mass. Sarr et M. Sarr, le marabout, délivreur de visa, absent hier au procès, seraient des escrocs professionnels. Après avoir promis à d’honnêtes citoyens des visas, ils les ont drogués pour les dépouiller de tous leurs biens, emportant plus 5.000.000F Cfa. Ils risquent chacun trois ans de prison ferme pour les délits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie. Celui qui est présenté comme le principal accusé, S. Sy Kâ aurait promis à des personnes dont M. Lèye et Arona Dieng des visas.



PROMESSE DE VISAS : Les escrocs droguent les victimes pour s’emparer de plus de 5 millions de franc Cfa
M. Kâ leur avait fait croire que le marabout identifié sous le nom M. Sarr allait s’en occuper. Par l’entremise de Mass. Sarr, il a pu démarcher plusieurs candidats au voyage. Ayant gagné leur confiance, il demanda au nom du marabout des relevés pour vérifier leur solvabilité afin de pouvoir rentrer dans leurs fonds, après le service. Chose faite par les victimes, mues par le désir de voyager.

Ne s’arrêtant pas là, le licencié en gestion revient à la charge pour les inviter à se rendre au domicile du marabout avec les sous pour les lui remettre main à main. Il les rassemble et affrète un taxi à partir de la Médina pour les conduire au domicile du marabout sis à Nord-foire. Une fois sur les lieux, ils auraient demandé à certains d’entre eux d’aller se faire photographier.

Au retour, elles ne trouveront plus sur les lieux les deux mis en cause, transférés dans une autre chambre. A la suite d’un jus de fruits qui leur a été servi, les plaignants se sont endormis. Après avoir réalisé le forfait, les malfrats les auraient enfermés dans l’appartement. Au réveil, ils n’ont vu personne avant de s’apercevoir que leurs poches ont été vidées.

Une somme avoisinant 7.000.000F Cfa a été emportée. Malheureusement pour escrocs, ils seront appréhendés sur les lieux et conduits à la Gendarmerie de la foire. Lors de leur interpellation, Mass. Sarr a été trouvé en possession de coupures de faux billets de banque.

Pour se disculper, les mis en cause ont tenté de se présenter en « victimes ». Ils se sont tour à tour déchargés sur le grand absent, à savoir le marabout délivreur de visa. A les en croire, ce dernier les aurait drogués pour s’emparer seul de la fortune. Mass. Sarr a soutenu les avoir mis en rapport avec M. Sarr (le marabout), en échange d’une commission de 600.000F Cfa.

Le principal accusé déclare n’être conscient de rien et ne se rappelle pas de la conversation qui a eu lieu. Pourtant, une des victimes se rappelle avoir échangé avec lui. De plus, des témoins ont affirmé que Mass. Sarr dormait profondément. Tandis que M. Kâ a été perçu en train de faire des va et vient dans le couloir. Et, sur tout cela, il serait le premier à goûter à la drogue et le dernier à s’endormir. Chose bizarre !, d’après l’interrogatoire.

C’est pourquoi, l’avocat défenseur des intérêts des parties civiles a balayé d’un revers de main ses allégations. Pour lui, celles-ci sont « mensongères ». A son avis, S. Kâ est coupable pour les avoir convoqués et conduits jusqu’au domicile du marabout. Il a réclamé 10.000.000F Cfa de dommages et intérêts pour le préjudice subis par ces clients qui ont absorbé des substances nocives et dépensé beaucoup d’argent pour se faire soigner.

Même son de cloche chez l’avocat de la société qui a souligné que les prévenus ont agi de connivence, quel que soit, dit-t-il, celui qui a encaissé l’argent. La drogue n’a été utilisée que pour dissimuler leur forfait et rester auprès de leurs familles respectives. « Ce sont des pratiques connues chez les délinquants intelligents », a-t-il laissé entendre, après avoir disserté sur la criminalité.

Sur ce, il a requis à leur encontre trois ans de prison ferme. La défense a plaidé la relaxe pure et simple de ses clients. Pour elle, rien ne prouve qu’il y ait bien eu « collision frauduleuse » entre eux. S’agissant de Mass. Sarr, il n’était pas conscient que les billets qu’il détenait étaient faux. Ils seront fixés sur leur sort le 25 juillet prochain.

Papa Massar SOW


LE MATIN


Vendredi 22 Juillet 2011 - 11:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.