contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Parfum de scandale dans le pétrole et le gaz : Macky Sall, face au défi d’une action judiciaire !



Après avoir ouvertement menacé BBC qui a produit une enquête documentaire incriminant son jeune frère de corruption présumée sur les contrats de recherche touchant les blocs Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond, le président Macky Sall semble ne plus privilégier l’option judiciaire dans cette affaire si on se réfère à la réunion du Conseil des ministres du jeudi 6 juin dernier. Le chef de l’Etat s’y est contenté seulement de réaffirmer deux mesures importantes dans le domaine de la gouvernance des ressources pétrolières et gazières qu’il avait déjà annoncées en 2018.



Présidant la traditionnelle réunion du Conseil des ministres décalée d’un jour, le jeudi 6 juin dernier, le chef de l’Etat est monté au créneau pour réaffirmer deux mesures importantes dans le domaine de la gouvernance des ressources pétrolières et gazières qu’il avait annoncées en 2018, lors du «dialogue national sur l’exploitation des ressources pétrolières et gazières». Il s’agit de «l’urgence d’introduire dans le circuit législatif, le projet de loi portant répartition des revenus issus de l’exploitation des ressources pétrolières avec la prise en compte des générations futures» et de «sa décision d’élargir le Comité d’Orientation Stratégique du Pétrole et du Gaz (COS-PETRO-GAZ) aux représentants de la société civile et de l’opposition».
Devant les membres de son Gouvernement, le président Macky Sall est revenu à la charge sur ces deux mesures en rappelant «son attachement prioritaire à la préservation durable ainsi qu’à l’exploitation optimale et transparente de nos ressources naturelles». Il faut dire que cette sortie du chef de l’Etat intervient dans un contexte marqué par un rebondissement dans l’affaire de corruption présumée sur les contrats de recherche touchant les blocs Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond et mettant en cause son jeune frère, Aliou Sall, maire de la ville de Guédiawaye et Directeur général de la Caisse des dépôts et consignation (Cdc).
En effet, dans une enquête documentaire intitulé «Un scandale à dix milliards de dollars» diffusée dans la nuit du dimanche au lundi 3 dernier, la chaîne anglaise BBC raconte que des taxes dues à l’Etat du Sénégal par la société pétrolière de Franck Timis (Petro-Tim Ltd) auraient été versées à une société privée dénommée Agitrans qui appartiendrait à Aliou Sall, le frère du président sénégalais Macky Sall. Ces taxes issues de la revente par Petro-Tim Ltd à Bp des licences de recherche sur les blocs Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond qu’il avait obtenues gratuitement de l’Etat du Sénégal sont estimées par cette enquête de BBC à 250.000 dollars. Toutefois, lors d’une conférence de presse qu’il a convoquée dans l’après-midi du lundi 3 juin dernier, Aliou Sall a non seulement rejeté toutes ces accusations mais aussi annoncé deux plaintes pour «diffamation» contre BBC qui a manqué, selon lui, de professionnalisme.
Prenant son tour sur cette même affaire, en marge de la prière de l’Aïd al-Fitr (fête de Korité), le président Macky Sall s’était presque remarqué dans la défense de son jeune frère en dénonçant vertement «une tentative de déstabilisation» avant de prévenir que «nous n’accepterons pas de fausses accusations» et «s’il faut sanctionner, nous allons sanctionner». Le même jour, le gouvernement, s’inscrivant dans le même registre que son chef, a dénoncé lors d’une déclaration de presse animée par son porte-parole un «reportage, manifestement tendancieux, ponctué de graves et fausses allégations sur la gouvernance des ressources pétrolières du Sénégal» non sans préciser qu’il se préserve le droit de donner une suite à cette affaire.
UNE SAISINE DE LA JUSTICE... EN BERNE
Seulement, ce ton sous forme de menace quasi synchronisé du président de la République et de son gouvernement contre BBC sur cette affaire ne semble plus être d’actualité si on s’en tient à la dernière sortie de l’exécutif sur cette question, lors de la dernière réunion du Conseil des ministres. En effet, s’exprimant devant les membres du Gouvernement lors de cette rencontre, le président Macky Sall s’est seulement contenté de rappeler «son attachement prioritaire à la préservation durable, ainsi qu’à l’exploitation optimale et transparente de nos ressources naturelles» avant de réaffirmer d’une part «l’urgence d’introduire dans le circuit législatif, le projet de loi portant répartition des revenus issus de l’exploitation des ressources pétrolières avec la prise en compte des générations futures». Mais aussi sa «décision d’élargir la Commission d’Orientation Stratégique du Pétrole et du Gaz (COS-PETRO-GAZ) aux représentants de la société civile et de l’opposition. Même si nos confrères du journal «Le quotidien » ont annoncé dans leur édition d’hier, vendredi, la décision du chef de l’exécutif de mettre en branle le procureur de la République pour tirer au clair cette affaire qui est comme un bout de pierre dans la chaussure du gouvernement depuis 2014, force est de constater que le communique du Conseil des ministres est resté silencieux sur une quelconque saisine de la justice contre la BBC pour éclaircir cette affaire révélée pour une première fois par l’ancien chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade. (Sud Quotidien)

PiccMi.Com

Samedi 8 Juin 2019 - 14:32



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.