contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Paris met en garde contre toute "manipulation intéressée" en Centrafrique



La ministre française des Armées Florence Parly a mis en garde lundi contre toute "manipulation intéressée de puissance opportuniste" en République centrafricaine (RCA), dans une allusion à peine voilée à la Russie.



"Les violences intercommunautaires régulières nous rappellent que les équilibres restent fragiles" dans ce pays, a-t-elle déclaré au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.
Dans ce contexte, "toute manipulation intéressée de puissance opportuniste serait inepte, indigne", a-t-elle ajouté, en référence à l'influence grandissante de la Russie en RCA, sans toutefois la citer nommément.
Florence Parly

@florence_parly
• 20 h
En réponse à @florence_parly
Deux modèles d'opérations de paix cohabitent aujourd'hui en Afrique, et ces deux modèles ne se complètent pas assez. C'est pourquoi la France soutient l'initiative africaine, portée notamment par la Côte d’Ivoire, d'un nouveau modèle d'opérations africaines de paix.
Concernant la République Centrafricaine, les violences intercommunautaires régulières nous rappellent que les équilibres restent fragiles. Toute manipulation intéressée de puissances opportunistes serait inepte, indigne ; apportons notre plein soutien à l’Union africaine.
La France critique vivement la tentative russe d'engager des pourparlers de paix entre groupes armés concurrents de ceux de l'Union africaine.
"Apportons notre plein soutien à l'Union africaine pour préserver toutes les chances d'un règlement rapide et pacifique de la crise", a insisté Florence Parly.
"Tous les efforts internationaux sont bienvenus pour sécuriser la République centrafricaine mais il faut que cela soit fait dans le respect des résolutions des Nations unies et dans le respect de la médiation de l'Union africaine", a-t-elle ajouté.
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a rencontré des habitants lors d'une visite du projet de reconstruction géré par l'ONG Acted dans le quartier de Boeing à Bangui, le 1er novembre 2018.
"Et toutes les autres initiatives qui sont des initiatives opportunistes et souvent intéressées ne me paraissent pas contribuer à résoudre de façon positive la situation sécuritaire dans ce pays", a-t-elle martelé.

La médiation de l'Union africaine (UA), lancée en juillet 2017 et soutenue par l'ONU ainsi que par les principaux partenaires de la Centrafrique, est critiquée par des diplomates et des observateurs pour sa lenteur et son manque d'efficacité.
Une médiation parallèle a été initiée par la Russie chez son allié soudanais. Elle a réuni trois milices de l'ex-coalition à majorité musulmane de la Séléka ainsi qu'un groupe armé antibalaka, prétendant défendre les chrétiens, fin août à Khartoum.
Le parlement centrafricain lors de la réception du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, le 27 octobre 2017
Depuis le début de l'année, la Russie a envoyé en RCA cinq officiers militaires et 170 instructeurs civils et livré des armes à l'armée nationale après avoir obtenu une exemption à l'embargo de l'ONU.
Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian avait déjà lancé un message de fermeté vendredi à Bangui: "Ceux qui ont d'autres pensées (que la sécurité de la RCA, NDLR), ceux qui ont d'autres agendas devront en faire les frais", avait-il lancé.
Il a annoncé à cette occasion l'octroi d'une aide de 24 millions d'euros et la livraison d'armes à ce pays, toujours en proie à la violence et à l'instabilité deux ans après la fin de l'opération militaire française Sangaris (2013-2016), destinée à mettre un terme aux affrontements entre groupes armés.
La quasi-totalité du pays vit sous la coupe de groupes armés, dans un pays de 4,5 millions d'habitants classé parmi les plus pauvres au monde mais riche en diamants, or et uranium. (Voaafrique Avec AFP)

PiccMi.Com

Mardi 6 Novembre 2018 - 12:48



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 12:05 Aqmi dément la mort du chef Djihadiste Amadou Koufa


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.