contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Polémique sur la fiabilité des chiffres donnés par le Gouvernement : Macky Sall entre dans le débat



Le Président de la République, a présidé hier, jeudi 12 juillet, la cérémonie de publication officielle des résultats du projet de rénovation des comptes nationaux. Macky Sall a profité de cette occasion pour s’engager dans le débat sur la fiabilité des statistiques fournies par son gouvernement. Selon lui, on peut interpréter comme on veut les données statistiques, mais on ne peut pas remettre en cause les fondements qui caractérisent l’étude statistique, l’échantillonnage et les méthodes de calculs.



Suite à la sortie du Ministre de l’économie, des finances et du plan Amadou Ba sur la polémique autour de la véracité des chiffres du gouvernement, le président de la République Macky Sall vient de clore le débat. Selon lui, on peut interpréter comme on veut les données statistiques, mais on de peut remettre en cause les fondements qui caractérisent l’étude statistique.
«Depuis novembre 2017, le Sénégal est le 4e pays de l’Afrique subsaharienne à adhérer à la norme spéciale de diffusion des données du Fonds monétaire international (Fmi). Je suis d’autant plus heureux que cela pouvait mettre fin parfois à la polémique stérile sur les statistiques. Les statistiques c’est l’affaire des professionnels. On peut interpréter comme on veut les données statistiques. Mais on ne peut pas remettre en cause les fondements même qui caractérisent l’étude statistique, l’échantillonnage, les méthodes de calculs ce sont les sciences, les mathématiques. On ne peut pas mettre la politique dans la science », a-t-il soutenu hier, jeudi 12 juillet lors de la cérémonie d’ouverture de publication des résultats du projet de rénovation des comptes nationaux.
Poursuivant, il indique ; «on peut maintenant dire qu’on n’est pas d’accord sur les chiffres donnés. Encore faudrait-il être capable de prouver pourquoi vous n’êtes pas d’accord. Donc cette performance est la résultante d’une volonté politique forte et des efforts conjugués des différentes structures impliquées dans la mise en œuvre de cette norme de diffusion des statistiques».
Selon le chef de l’Etat, l’agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) qui est la clé de voûte du système statistique national a su assurer la production de données aux standards internationaux aussi bien en terme de qualité qu’en terme de délai. Dans cette dynamique, il demande au gouvernement d’accélérer le processus de mise en place d’un fonds de développement de la statistique fortement recommandé par le conseil national de la statistique.
Revenant sur le changement d’année de base des comptes nationaux, Macky Sall soutient que ce projet permettra au Sénégal de rendre conforme ses capacités statistiques avec les meilleurs standards internationaux.
«Notre pays vient d’actualiser ses comptes nationaux et d’élaborer une nouvelle année de base conforme au système de comptabilité des Nations Unies. Avec ce changement d’année de base, le Sénégal a construit les comptes nationaux de l’année de base 2014. Ces comptes nationaux ont permis entre autres de mieux mesurer la contribution des différentes activités au produit intérieur brut, de mieux mesurer les dépenses de consommation des ménages, les investissements publics et privés ainsi que la part des richesses crées par chaque catégorie d’agent économique», a-t-il fait part. En outre, ajoute-t-il, les comptes nationaux 2015 et 2016 ont été réalisées permettant ainsi d’apprécier avec des données de meilleure qualité la trajectoire récente de l’économie sénégalaise.
Pour lui, la production de données statistiques actualisées sur le Pib, le revenu national et les autres indicateurs macro-économiques combinés aux données à caractère social, telles que celles sur l’emploi favorise un suivi plus efficace des progrès réalisés. Suivant toujours Macky Sall, l’utilisation efficiente de ces nouvelles marges de manœuvre exige de relever davantage le défi de la mobilisation des recettes fiscales.
«Les potentielles fiscales nationales doivent être mieux exploitées pour éviter la création de nouveaux impôts ou la hausse de ceux existants déjà», a-t-il conclu.
Rénovation des comptes nationaux : Le PIB est ressorti à 9775 milliards en base 2014
L’agence nationale de la statistique et de la démographie Ansd vient de mettre en place une nouvelle année de base des comptes nationaux. Ainsi, la nouvelle année de base 2014 remplace cette de 1999. Au terme des travaux de rénovation des comptes nationaux, le produit intérieur brut (Pib) est ressorti en volume à 9776 milliards de francs Cfa en base 2014, il est revu de 2220 milliards à la hausse soit 29,4% par rapport à la base de 1999. Selon le directeur général de l’Ansd, Babacar Ndir qui présentait hier, jeudi 12 juillet les résultats du changement d’année de base des comptes nationaux, cette prévision à la hausse du Pib, résulte essentiellement de l’extension de la couverture du Pib et aux améliorations méthodologiques pour 26,4% et l’adaptation des nouveaux concepts et méthodes de comptabilisation pour 3%.
Selon le directeur général de la prévision et des politiques économiques, Pierre Ndiaye, ce changement d’année de base des comptes nationaux a un impact sur la pression fiscale. «On n’était parmi les meilleurs avec une pression fiscale de 20% avec l’ancienne base mais avec la nouvelle base du Pib qui monte, on voit que la pression fiscale devient très faible et tourne autour de 15 à 16%. Ce qui veut dire qu’on a un défi important à relever si on veut respecter les critères de l’Uemoa qui est de 20%», a-t-il fait remarquer.
Cela nécessite selon lui, la poursuite de la rationalisation des dépenses fiscales, la poursuite de la simplification de la fiscalité mais aussi la modernisation des administrations fiscales et douanières ce qui permettra d’élargir l’assiette fiscale. (SudOnline)

PiccMi.Com

Vendredi 13 Juillet 2018 - 15:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.