contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Pour empêcher sa femme de voyager : Un homme lance une fausse alerte à la bombe dans un avion de la Ram





Pour empêcher sa femme de voyager : Un homme lance une fausse alerte à la bombe dans un avion de la Ram
Plus de peur que de mal dans la nuit du mardi à mercredi à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar. Une alerte à la bombe a été lancée aux environs de 2 heures du matin, par un individu dont l’identité n’est pas divulguée par les services de sécurité.

Tout est parti d’un coup de fil passé à partir d’un centre d’appel. Une personne a signalé à la Haute autorité pour la sécurité de l’aéroport la présence d’une bombe au bord d’un avion de la Royal Air Ma­roc en partance pour Casa­blanca. L’avion qui était en train d’embarquer les passagers a été vidé de tous ses passagers ainsi que de leurs bagages. Une fouille a été effectuée de fond en comble par les policiers de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip), postés en permanence à l’aéroport. Mais tout cela n’a rien donné, et, finalement, l’avion a finalement décollé du tarmac aux environs de 5 heures du matin.

Selon une autorité de l’aéroport, qui a préféré garder l’anonymat, «les dispositifs de sécurité mis en place font que la probabilité qu’une bombe rentre dans un avion est très faible, mais la situation et les réalités de la sous-région, obligent à appliquer les procédures». Il a­joute qu’ils sont préparés à ce gen­re de situation depuis les évènements du 11 septembre aux Etats-Unis. «Les standards internationaux en matière d’aviation font qu’il y a des procédures d’urgence, des plans de contingence. On prévoit même les calamités naturelles», a-t-il révélé. L’auteur de la fausse alerte a été finalement in­ter­pellé par la police hier, vers 17heures. Les limiers ont pu re­monter au téléphone qu’il avait utilisé et à l’indice de l’opérateur téléphonique. Selon toujours les membres de la Haute autorité de l’aéroport, «il avait des problèmes avec sa femme et il ne voulait pas que cette dernière, qui se trouvait à bord de l’avion, fasse le voyage. C’est pourquoi il a fait cette action somme toute très banale». Le fonctionnaire a tenu à rassurer que la piste terroriste était écartée, mais a néanmoins tenu à préciser : «Il sera traité comme un terroriste, même s’il s’avère qu’il ne l’est pas. Ce sont les procédures qui l’exigent.»

Finalement, après trois heures d’attente, tous les passagers de la Ram ont calmement repris leur place à bord de l’avion, qui a quitté Dakar vers 5 heures du matin, sans autre incident.

Le QUotidien

Jeudi 20 Septembre 2012 - 12:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.