contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Pour un Vote massif du « Oui» le 20 Mars 2016





Pour un  Vote massif du   « Oui»  le 20 Mars 2016
Dans sa décision n° 1/C/2016 du 12 février 2016 portant sur le projet de révision constitutionnelle, le Conseil constitutionnel a signifié au président de la République, Macky Sall, l’application de la réduction à cinq ans de son mandat en cours n’est pas conforme à l’esprit de la Constitution. Ainsi, le Conseil constitutionnel a mis en avant la primauté du droit sur la parole d’un citoyen, fut-il le président de la République.
En se conformant à la décision du Conseil constitutionnel, le président de la République Macky Sall a posé, encore une fois, un acte de haute portée républicaine qui participe au renforcement de l’Etat de droit et de la démocratie dont la séparation des pouvoirs est un pilier essentiel. La dimension républicaine du choix du chef de l’Etat de se conformer à la décision du Conseil constitutionnel en tant que garant de la Constitution et clé de voûte des institutions de la République, est à magnifier. Dans un Etat Républicain, le droit s’applique à tous sans distinction. Que n’aurait-on pas dit si le président de la République avait juste pris acte et décidé de passer outre l’avis du Conseil constitutionnel ? C’est sûr que ceux qui le critiquent aujourd’hui seraient alors les premiers à l’attaquer. D’ailleurs, c’aurait été un précédent dangereux que le président Macky Sall foule au pied cet avis car se serait alors le début de la fragilisation de cet appareil important dans toute démocratie.
C’est trop lui tenir rigueur que de jeter l’anathème sur lui parce que le Conseil constitutionnel a refusé de le suivre dans sa requête. Pour peu que l’on soit attaché au principe de la séparation des pouvoirs, force est de reconnaître que le chef de l’Etat ne pouvait aller outre. Il a fait preuve de bonne volonté non seulement pour avoir émis et réitéré sa volonté de réduire son mandat et de se l’appliquer. Faut-il le rappeler, le président Macky Sall n’a jamais varié dans sa détermination de respecter sa volonté de réduire son mandat à 5 ans. En faisant cette promesse alors qu’il était dans l’opposition, le président Macky Sall a fait preuve d’une grande générosité et a montré qu’il a le souci de consolider notre système démocratique. Seuls les dirigeants d’exception sont en mesure de penser et de prôner une réduction de la durée de leur mandat découlant du suffrage universel, quand rien ne les y oblige, pendant que d’aucuns chercheraient, plutôt, son allongement. A l’impossible donc, nul n’est tenu. De ce point de vue, ce serait faire mauvais procès au président de la République pour avoir suivi l’avis du Conseil Constitutionnel. La bonne foi du président Macky Sall, son engagement, sa volonté de réduire son mandat, encore une fois, n’ont jamais laissé la place au doute sauf peut-être dans la tête d’une certaine classe politique mue que par des intérêts personnels et soif de pouvoir. Leur appel à boycotter le référendum ou à voter « Non » ne pourra nullement prospérer face à la détermination sans failles des citoyens résolus à mettre en œuvre les quinze réformes qui, à coup sûr, consolideront notre démocratie. Aujourd’hui, il est regrettable de constater que pour des desseins bassement politiques, certains acteurs politiques usent d’intox et de manipulation pour installer notre pays dans la tension permanente. Pour eux, tout sujet, quel qu’il soit, est occasion pour polémiquer et essayer de mettre en mal les Sénégalais et leurs actuels gouvernants. Cette entreprise ne prospéra jamais devant le farouche engagement du Président Macky Sall de répondre par des actions concrètes au quotidien.
Nous appelons donc tous les Sénégalais à voter oui pour une adoption de ces réformes bénéfiques à notre pays. En tout état de cause, ce qui intéresse les Sénégalais, c’est moins la durée du mandat que les actes qui sont posés tous les jours par le président Macky Sall pour la prise en charge réelle de leurs préoccupations au quotidien. Les quinze points de la réforme sont très pertinents et auront un impact concret sur la construction de notre nation. Le verrouillage du quinquennat et des deux mandats vise à épargner notre pays de tensions qui peuvent porter un coup à sa stabilité et remettre en cause la maturité électorale séculaire du peuple sénégalais. Ces réformes sont consolidantes. C’est un pas en avant, elles sont pertinentes car demandées et voulues par toutes celles et ceux qui ont milité et œuvré pour une démocratie solide et stable au Sénégal. C’est une forte demande la classe politique et de la Société civile. Ceux qui voteront « Oui» l’auront fait surtout pour les générations futures dans le souci de leur léguer un pays plus démocratique et une République plus forte.
Voter « Oui» et de manière massive, le 20 Mars 2016, permettra au Sénégal de garder le cap vers l’Emergence, en se conformant au modèle de démocraties modernes, avec un quinquennat, à partir de 2019.
Mody Sy,
Coordonnateur de l’Apr à Matam
PCA de la SONES



Mercredi 2 Mars 2016 - 07:04



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.