contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Première conférence nationale du Mpcl Luy Jot Jotna : ‘La candidature de Gadio ne serait pas une candidature de plus mais une autre candidature’





Première conférence nationale du Mpcl Luy Jot Jotna : ‘La candidature de Gadio ne serait pas une candidature de plus mais une autre candidature’
(Correspondance) - Le mouvement politique citoyen Luy Jot Jotna de l’ancien ministre des Affaires étrangères, le docteur Cheikh Tidiane Gadio, est en plein dans l’organisation de sa première conférence nationale. Une rencontre prévue les 10 et 11 de ce mois dans la cité du rail et qui va décider de la position qui devra être celle de ladite formation politique lors de la prochaine présidentielle. Laquelle décision devrait, si l’on en croit Jean Louis Corréa, porte-parole de ce mouvement qui faisait hier face à la presse à Thiès, être le fruit de réflexion sur les constats faits par les délégués des 45 départements du pays sur la vie de la nation sénégalaise depuis 2000, date de l’alternance. Des constats qu’il définit comme l’affaissement des institutions républicaines doublé du projet de dévolution dynastique du pouvoir mais aussi de l’épineuse question de la Casamance qui n’a que trop duré et enfin la difficulté du pouvoir actuel de consolider l’identité nationale. Toutes questions qui, selon Jean Louis Corréa, amènent à penser sérieusement à une relève générationnelle.

En effet soutient-il, c’est aujourd’hui une erreur que de penser que ce qui se passe dans d’autres pays ne peut l’être au Sénégal. Car, vouloir le soutenir équivaudrait à considérer que la Casamance n’est pas une partie du Sénégal. Dans cette région du pays, des citoyens meurent chaque jour par les armes et/ou sautent sur des mines. Une situation qui met à nu la vision de tous ceux qui soutiennent ou veulent faire croire que le Sénégal est un pays de paix. Jean Louis Corréa de se poser la question de savoir si réellement un pays qui fait face, depuis plus de trente ans, à une guerre dans sa partie sud peut se prévaloir d’être un pays en paix.

S’agissant des politiques proches du régime libéral qui pensent et soutiennent que parler de dévolution dynastique c’est faire fausse route, le porte-parole du Mpcl estime que ce sont ceux-là mêmes qui se gourent. Car il ne fait l’ombre d’aucun doute que jamais dans l’histoire de ce pays autant de pouvoirs n’ont été concentrés au niveau d’un seul homme comme c’est le cas aujourd’hui avec le fils du président de la République. Un homme investi d’autant de pouvoirs qui le mettent au-dessus des institutions.

Autant de dérives entre autres qui, pour le porte-parole du Mpcl, font aujourd’hui que la politique sous sa forme politicienne a fini de dégoûter le commun des Sénégalais. Des Sénégalais qui n’ont d’autre alternative que d’engager une relève générationnelle. Car ayant compris que les politiciens qui prétendent les gérer le font très mal et qu’il urge qu’ils prennent leur propre responsabilité pour, à l’instar du Mpcl et de son leader Gadio, apporter les changements idoines pour une meilleure gestion des affaires de leur pays. Aussi fera-t-il savoir que si la candidature du Mpcl, lors de la conférence nationale qui va débuter demain, arrivait à se préciser, elle serait non pas une candidature de plus mais plutôt une autre candidature.

Sidy DIENG

avec walf.sn ://


Vendredi 10 Juin 2011 - 10:34



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.