contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Procès Karim Wade : deux personnes interpellées puis relaxées pour trouble à l'audience





Procès Karim Wade : deux personnes interpellées puis relaxées pour trouble à l'audience
Deux personnes ont été interpellées jeudi dans la salle 4 du Palais de justice de Dakar, abritant le procès Karim Wade et ses présumés complices, pour troubles à l'audience, avant d’être relaxées par le président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), Henry Grégoire Diop.

Alors que le président de la CREI s'apprêtait à suspendre l'audience, des voix se sont élevées pour crier "Karim président ! Karim président !".

Le juge Henry Grégoire Diop a de suite ordonné aux gendarmes d'arrêter toute personne manifestant son approbation ou désapprobation avant la fin de l'audience. Les deux personnes incriminées - une homme et une femme -ont été ainsi repérées et présentées devant le tribunal. ‘

"Depuis ce matin, j'ai demandé à tout le monde d'arrêter les cris d'approbation ou de désapprobation. C'est strictement interdit ici. Je vous avais averti. Donc le tribunal vous arrête pour troubles à l'audience", a dit le magistrat Henry Grégoire Diop.

Aidé par ses assesseurs, le juge a pris l'identité et la profession des deux prévenus pour en faire mention dans un procès verbal d'arrestation. Ils ont été d'une certaine manière secourus par les avocats de la défense qui se sont tous constitués pour eux.

"Pourtant, j'ai été clair avant le début de l'audience : quiconque perturbera l'audience sera jugé et condamné jusqu'à deux ans de prison ferme", a insisté le président de la CREI, d'un ton ferme, à l'endroit des prévenus présentés comme des militants de Karim Wade.

Suffisant pour que l'une des personnes interpellée se mette à demander la clémence du juge et à présenter des excuses. Une requête à laquelle le juge a donné suite en décidant exceptionnellement a-t-il précisé de relaxer les deux personnes incriminées.

Aps


Vendredi 22 Août 2014 - 10:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.