contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Procès de Khalifa Sall et cie : Seuls 20 des 70 témoins sont acceptés par le président, Malick Lamotte



Au Sénégal, ce mardi matin le procès du maire de Dakar, Khalifa Sall, accusé de détournements d’argent public, a repris. Au début des débats, le juge a surtout cherché à définir les règles du jeu et parmi les 70 personnes présentées comme témoins par la partie civile, le juge Malick Lamotte n’a retenu que 20.



Le président l’a dit et répété, il exige des débats sereins durant ce procès qui s’annonce très médiatique, et notamment le silence durant les audiences, car Khalifa Sall, en boubou traditionnel blanc, a été longuement ovationné par ses sympathisants venus très nombreux dans cette immense salle n°4, salle où d’ailleurs Hissène Habré a été jugé. Des supporters qui ont aussi entonné l’hymne national.
Le calme revenu, à la demande des gendarmes, les questions de procédure ont été évoquées. La défense du maire de Dakar a présenté 70 témoins. Le juge en a accepté 20. Dix pour évoquer le fonctionnement de cette fameuse caisse d’avance, cette caisse d’où ont été sortis les fonds, et dix qui auraient bénéficié de ces fonds.
La mairie de Dakar, partie civile ?
Autre question débattue ce matin, la mairie de Dakar souhaite se constituer partie civile, l’Etat représenté par son agent judiciaire ainsi que le procureur de la République rejettent cette possibilité. Si la constitution de la mairie était acceptée, l’Etat pourrait en effet être exclu de ce procès. Les débats sont assez techniques et très compliqués. Le Code pénal est répété à longueur de temps.
Dernier point, les avocats de Khalifa Sall ont toujours dénoncé une procédure menée en dehors des règles du droit. Le président du tribunal de Dakar, Malick Lamotte, a promis à la défense un procès juste et équitable.
Avec RFI

PiccMi.Com

Mardi 23 Janvier 2018 - 14:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.