contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



[ RAPPEL ] Le Sermon de Seydina Limamou Laye à tous ses adeptes et à tous les musulmans





[ RAPPEL ] Le Sermon de Seydina Limamou Laye à tous ses adeptes et à tous les musulmans
Le 131e Appel des Layènes a vécu. Yoff Diamalaye, qui a vibré durant toute une semaine au rythme des zikr des fidèles, retrouve peu à peu une quiétude que ne viennent briser que les flux et reflux des vagues sous les yeux des vacanciers qui ont pris possession des lieux, après que les dauphins, apparus miraculeusement le jour de la célébration, eurent repris le large. Un moment idéal pour revisiter certains enseignements de Seydina LIMAMOU que l’actualité a beaucoup contribué à remettre au goût du jour, à l’instar de ce sermon mémorable qu’il délivra à l’adresse de tous les musulmans. [Source originale : layene.sn]

«Ce message est adressé par Limamou Laye à tous ses adeptes et à tous les musulmans, hommes et femmes, adultes et jeunes. Que la Paix soit avec vous et vos familles, ainsi que la Miséricorde Divine.

Je vous recommande de multiplier vos efforts pour obéir davantage à Dieu et à Son Envoyé et pour raffermir votre foi. N’agissez, les uns envers les autres, que dans le Bien. Aimez-vous les uns les autres. La religion, c'est la disponibilité généreuse, c'est-à-dire la disponibilité à l'égard de Dieu, de son Envoyé, de Son Livre, des chefs religieux et de tous les musulmans. Etre disponible à l'égard de Dieu, c'est reconnaître Son Unicité, exécuter Ses Commandements, s'éloigner de ce qu'Il interdit et conseiller aux hommes d'agir dans le même sens. Etre disponible à l'égard de son Envoyé, c'est croire en sa Mission, l'attester, suivre ses recommandations, abandonner ce qu'il interdit et s’attacher à sa Sunna. Etre disponible à l'égard du Livre (le Coran) c'est le lire et le relire souvent, puis pratiquer ce qu'il prescrit. Etre disponible à l'égard des chefs religieux, c'est les aimer, suivre leurs conseils, les aider dans les activités qui concernent la religion, et conseiller aux hommes d'adopter la même attitude à leur égard. Etre disponible vis-à-vis de tous les musulmans, c'est les aimer tous, car comme l'a dit l'Envoyé de Dieu (que Dieu répande sur lui sa bénédiction et la Paix) : « Le croyant doit aimer tous les croyants et ne doit en haïr aucun ». Comme il l'a encore dit : « Le vrai croyant doit aspirer pour son frère croyant, ce qu'il aspire pour lui-même ». L'Envoyé de Dieu (PSL) a dit : « Ne vous haïssez pas les uns les autres, déconseillez le mal, tissez entre vous de bonnes relations ».

Je vous recommande de renforcer vos relations par l'Amour, car les habitants du paradis s'aiment. Évitez l'inimité et la haine, car vous êtes tous des frères. Sachez que le croyant a pour frère le croyant. Comme Dieu le Très Haut l'a dit : « Les Croyants sont tous des frères, établissez donc la concorde entre vos frères et craignez Dieu afin qu'il vous soit fait miséricorde » (Coran, 49:10).

Ne cherchez pas à vous surpasser les uns les autres dans l'acquisition des richesses de ce bas monde. Cherchez plutôt la concurrence dans l'obtention des richesses de l'autre monde. Car c'est cela qui procure la fortune éternelle et des honneurs supérieurs. Ne soyez pas avides des biens de ce bas monde, car ce monde-ci est comme un cadavre (impropre à la consommation). Seuls les chiens et les vautours se battent pour un tel cadavre. Détachez-vous donc de ce bas monde ne le suivez pas, car c'est une demeure qui va péricliter et disparaître. Et sa disparition est très proche.

Méfiez-vous des ouï-dire et des préjugés infondés, car bien souvent ce que l'on raconte et ce que l'on entend ne correspondent pas à la réalité. Ne nourrissez à l'égard de vos frères que de bons préjugés.
Ne négligez pas d'évoquer le souvenir de Dieu (Dhikr) partout où vous vous trouvez. Le rappel du souvenir de Dieu diminue les mauvaises actions et multiplie les bonnes. Or celui qui totalise beaucoup de bonnes actions et peu de mauvaises aura pour demeure le paradis, s'il plaît à Dieu. Dieu, le Très Haut a dit : « Pensez à Dieu que vous soyez debout, assis ou couchés » (4:103) Pensez à Dieu, en tous lieux, car ces derniers porteront témoignage en votre faveur le Jour du Jugement dernier.

Ne consommez et ne buvez que ce que vous avez honnêtement acquis, ne montez que sur ce qui est honnêtement acquis, ne portez que des vêtements honnêtement acquis. N'utilisez, sur l'ensemble de tout ce qui peut vous servir, que des choses proprement acquises. Ce qui est proprement acquis, c'est ce que vous avez gagné honnêtement. Le Bien mal acquis sera la première chose que l'on déchirera du ventre de l'homme, le Jour du Jugement Dernier. Un Bien mal acquis peut gâcher une grande richesse, comme une seule goutte de sang peut souiller toute une calebasse de lait. C'est de cette manière qu'un petit Bien mal acquis peut gâcher une grande richesse honnêtement gagnée. Le signe de la déchéance chez l'homme, c'est le fait de s'approprier tout ce qu'on a envie de posséder, sans se soucier de la manière honnête ou malhonnête, ou obscure, de l'acquérir.

Ô mes compagnons, hommes et femmes, je vous engage à vous laver (l'esprit et le corps) dans ce monde-ci, car il vaut mieux le faire ici que d'être soumis à ce lavage dans l'autre monde. Comme Dieu le dit : « Ils trouvèrent présent devant eux ce qu'ils avaient accompli » (18:49).

Les Anges qui enregistrent les actes et les paroles (des hommes) demeurent vigilants à tout instant et ne laissent rien passer. Soyez persévérants dans l'obéissance à Dieu et à son Envoyé, et repentez-vous à chaque instant.

Regrettez ce qui est déjà passé, réparez ce qui peut l'être, et prenez de bonnes résolutions. Servir Dieu constitue un devoir de toute créature, car Dieu le Très Haut a dit : « Je n'ai créé les hommes et les djinns qu'à la seule fin qu'ils m'adorent » (51:56).

Il a encore dit, Lui le Très Haut, « Il ne leur a été demandé que d'adorer Dieu par un culte sincère » (98:5). Adorez Dieu et ne vous laissez pas aller comme si vous étiez à l'abri des stratagèmes de Dieu. Seuls les perdants se croient à l'abri des stratagèmes de Dieu. Persistez corps et âme dans la crainte sincère de Dieu, et dans l'humilité. Craignez Dieu, craignez Ses châtiments et Ses calamités, et espérez obtenir sa miséricorde par l'intercession de la sainteté de son Envoyé (PSL). Ne vous fiez pas au seul mérite de vos actes. Partagez votre coeur entre l'espérance en Dieu et la crainte de Dieu. Soignez avec précaution cette crainte de Dieu, comme, en vérité, il se doit. Il a dit dans son livre : « La meilleure provision, c'est la crainte de Dieu, craignez-moi donc, ô vous qui êtes doués d'intelligence » (2:197). Dieu le Très Haut a encore dit : « Adore ton Seigneur jusqu'à ce que la mort t’advienne » (15:99).

Moi, Limamou Lahi, qui vous parle, sachez que tout ce que je vous conseille pour l'accomplissement du Bien par le corps et par la parole, tout cela, s'il plaît à Dieu, je le pratique à tel point que vous ne pourrez pas en faire autant. Prenez exemple sur moi et prenez exemple sur mes actes et mes paroles. Si vous le faites complètement, je vous conduirai dans la voie du salut.

Je vous recommande d'éviter la médisance, la calomnie, le mensonge, la trahison et le fait de raconter de mauvaises choses sur quelqu'un que vous n'aimez pas. Évitez la jalousie, la haine, l'orgueil, et l'ostentation. Purifiez vos œuvres en les consacrant à Dieu. L'Envoyé de Dieu (PSL) avait dit à ses compagnons : "Ne vous haïssez pas, ne soyez pas jaloux les uns des autres, ne vous éloignez pas les uns des autres, ne vous provoquez pas et évitez de vous humilier les uns les autres. Soyez frères, vous les serviteurs de Dieu ». Moi aussi, je ne vous recommande rien d'autre que cela.

Je vous recommande la pratique régulière de la prière. La première chose sur laquelle on questionnera l'homme, le Jour du Jugement dernier, c'est l'accomplissement de la prière, ainsi que le respect de ses règles et conditions d'exécution.

Je vous recommande de vous occuper de vos familles. Chacun de vous est un berger, or le berger est responsable de ce dont il est le gardien. Au chef d'un pays, on demandera des comptes sur la manière dont il a gouverné son pays. Au juge, on demandera des comptes sur les affaires du village. Au père, de famille, on demandera des comptes sur sa famille. Au possesseur d'une chambre, on demandera des comptes sur l'utilisation de cette chambre. A la femme, on demandera des comptes sur le respect de la chambre de son mari et de son lit. On demandera au serviteur de rendre compte de la manière dont il s'est occupé des affaires de son maître. De même, les différentes parties du corps de l'homme donneront un témoignage sur ce qu'il en a fait.

Je vous recommande donc le bon accomplissement de vos devoirs familiaux. Un père de famille défaillant sera accusé par les membres de sa famille devant Dieu le Très Haut. Ceux-ci diront « O notre Seigneur, celui-là était notre chef, mais il ne nous a jamais conseillé d'adorer Dieu, retourne donc vers lui les préjudices qu'il nous a ainsi causés ». On évaluera alors l'étendue des préjudices, et l'on déduira le tout de la somme des biens qu'il possède. S'il n'en possède pas, on puisera sur les pêchés des membres de sa famille une quantité équivalant aux préjudices, pour l'ajouter à ses propres péchés. Si les membres de sa famille en arrivent à cela, c'est à cause de l'aveuglement et de la frayeur qui les frappent, à la vue de l'enfer, de ses supplices, de ses flammes et étincelles, tandis qu'ils ne savent pas comment en être sauvés. Voilà pourquoi on prélève sur le père de famille les préjudices résultant du fait qu'il n'a pas conseillé ou éduqué les membres de sa famille. De même, des femmes diront « O mon Dieu, celui-là était mon mari sur la terre. Il me battait pour m'imposer le respect de son lit. Il ne m'a jamais battue pour manque d'obéissance à Dieu et à son Envoyé, ou pour manque de pratiquer les prières, le lavage rituel, les ablutions et le jeûne. Il ne m'a jamais interdit la danse, les chansons frivoles, le bavardage et les injures . O mon Dieu, retourne vers lui les préjudices qu'il m'a ainsi infligés ». Les fils diront aussi : « ô notre Seigneur, prends sur notre père les préjudices qu'il nous doit : il ne nous avait pas donné un nom qui figure parmi les noms des saints, il ne nous a pas éduqués, il ne nous a rien fait savoir du Livre de Dieu ; il ne nous avait pas interdit ce que Dieu interdit; il ne nous avait pas conseillé la pratique des Commandements de Dieu. Il nous avait abandonnés, et nous avait laissés l'entière liberté de faire le mal,.ô Seigneur, retourne donc vers lui les préjudices qu'il nous a infligés ».

Dieu est un Souverain juste. A chaque créature, il paiera ce qui lui est dû comme préjudice, le jour du jugement dernier, de sorte que nul ne devra plus rien à personne, il y aura, de même, le jour du jugement dernier, des préjudices qui peuvent résulter pour vous, de tout ce que vous possédez : moutons chèvres, chevaux, chameaux, volaille ou tout autre chose. Or chaque responsable d'un préjudice subira le prélèvement de la valeur du dommage qu'il a causé car Dieu s'est interdit à lui-même l'injustice et a décrété son interdiction parmi ses serviteurs or Dieu sait tout et n'oublie rien. Tout ce que vous avez fait se trouve, conservé dans le Livre de Dieu (Lawhul Makhfouz) jusqu'au Jour du Jugement dernier. C'est un jour à craindre, les secrets seront divulgués, celui qui possède à son actif une bonne action en aura jouissance, par contre celui qui possède à son passif une mauvaise action en pâtira.

Source Touba Mag via Majalis.org
Via Xibar.Net

PiccMi.Com

Mardi 22 Novembre 2011 - 10:01



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.