contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire


« SENEGAL DIAMBAR » DE PAPE DJIBY BA : Retour d’un baroudeur de la musique


Montrer la face culturelle du Sénégal tout en acquérant des connaissances approfondies dans le domaine musical. C’est essentiellement à cette activité que s’est adonné le chanteur, compositeur, Pape Djiby Bâ. Après un séjour européen d’une dizaine d’années, ce baroudeur de la musique sénégalaise est revenu au bercail pour présenter son nouvel album : « Sénégal Diambar ». Cette fois-ci en version relookée.




« SENEGAL DIAMBAR » DE PAPE DJIBY BA : Retour d’un baroudeur de la musique
Allure svelte posée sur un timbre aigu, le chanteur, compositeur, guitariste et interprète, Pape Djiby Bâ, est de retour au Sénégal. Une dizaine d’années l’avait éloigné du pays pour un séjour européen. Il nous est revenu avec, dans ses bagages, un nouvel album : « Sénégal Diambar » sous une nouvelle version. Pensionnaire du Star Band et prestataire au Miami club avec feu Ibra Kassé, Pape Djiby Bâ s’est très tôt essayé à la musique. C’était au début des années 70. Dans la même période, il a côtoyé le regretté Pape Seck de l’orchestre Number One qui a guidé ses premiers pas dans la musique. Avant de s’engager dans une carrière musicale, Pape Djiby Bâ s’est frotté au théâtre auprès de Mansour Guèye, avec la troupe Ballet d’Afrique noire, vers les années 68. Les passionnés de musique ont encore souvenance de ses albums « Mame Bamba » et « Sénégal Diambar ». Des productions qui ont largement contribué à propulser sa renommée. Une réussite qui ne doit rien au hasard pour l’un des membres fondateur de l’Orchestre national du Sénégal (1981). Et c’est au regard de son talent qu’il partagera une expérience musicale avec le Canadien Mac Fallow (1984).

Pape Djiby participe à la Bi(...)ennale internationale de Dakar, en 1988, et enregistre « Baliya ». Le succès est au rendez-vous. En 1999, il est fait Chevalier de l’Ordre de Mérite par le président Abdou Diouf pour son apport à a culture sénégalaise.

Après avoir longtemps marqué la scène musicale sénégalaise, Pape Djiby part du Sénégal pour explorer d’autres horizons culturels. Il pose ses bagages dans la capitale française. Un séjour parisien d’une dizaine d’années que l’auteur de « Baliya » met à profit pour approfondir ses connaissances sur la musique. Un bon prétexte pour montrer le visage culturel du Sénégal en Europe. Entre la Suisse, l’Allemagne et la France, Pape Djiby Bâ a su, au gré des différents festivals européens, montrer ce qui se fait de mieux dans la culture sénégalaise. « Ce séjour m’a permis d’acquérir d’autres connaissances musicales sur le plan théorique et pratique, explique l’artiste. Mais, également, de côtoyer de grands artistes de la dimension de Manu Dibango, Idrissa Diop et bien d’autres connus sur le plan international. » Et c’est de Paris que Pape Djiby va monter son propre orchestre : Dakar Culture. C’est à la fois un orchestre et une structure. Selon lui, il est important pour le chanteur de comprendre ce que signifie le solfège, les notes, les silences. En clair, les rudiments de la musique.

Avec cette somme de savoir-faire, Pape Djiby est invité en 2004 sur l’album Itinéraire d’un enfant bronzé du rappeur Disiz la Peste. Depuis la capitale française, il partage avec Youssou Ndour le titre « Cheikh Ibra Fall » de l’album Egypte, Grammy Awards 2005 aux Etats-Unis. Faisant sien la célèbre idée du président Senghor qui rêvait d’une civilisation du donner et du recevoir, Pape Djiby a aussi, durant toutes ces années passées en France, dispensé des cours de percussion.

Nouvel album

D’ores et déjà, l’auteur compositeur vient de boucler l’album Sénégal Diambar qui va prochainement sortir sur le marché sénégalais. C’est la raison principale de son séjour au Sénégal. L’objectif est de faire la promotion de cette nouvelle production. « L’idée est de faire un double album qui sortira dans un premier au temps au Sénégal, ensuite sur l’international », explique l’auteur de « Baliya ». L’ambition premier de l’artiste est de rendre hommage au défunt président Léopold Senghor, pour sa contribution à l’avènement de la Francophonie. Pour cela, Pape Djiby va s’entourer de musiciens francophones. L’autre versant du projet, c’est d’inviter les Sénégalais à davantage se ressourcer par rapport à leur propre culture.

Dans son approche, l’orientation musicale de ce nouvel opus se veut la somme des différentes expériences engrangées en Europe. « Ce voyage m’a permis d’avoir une ouverture plus large sur le plan musical, confie l’artiste. Car, poursuit-il, Paris constitue un grand carrefour musical. J’ai jugé bon d’intégrer plusieurs sonorités, accompagnées de thèmes qui vont de la santé en passant par l’éducation et même l’autosuffisance alimentaire. » A l’écoute, cela donne un bon pot pourri musical où se mêlent harmonieusement influences afro-cubaines, variété et une bonne dose de mbalax.

El Hadji Massiga FAYE
Le Soleil

COUP DE COEUR





Réagissez à cet Article
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.




Facebook

TWITTER

      




LES ÉMISSIONS DE PICCMI WEBTV