contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Sécurité alimentaire : Le PAM organise une conférence sur le Genre, les Marchés et les Données les 29 et 30 juin à Dakar



"Au Sahel, les femmes représentent jusqu’à 75% de la main d’œuvre agricole tandis que les discriminations les limitent, entraînant des pertes de 120 milliards de dollars par an en Afrique de l’Ouest". C’est pour corriger ces inégalités liées au sexe que le Programme Alimentaire Mondial (PAM) organise les 29 et 30 Juin 2018 à Dakar une Conférence sur le Genre, les Marchés et les Données.



Cet événement offrira une plate-forme aux acteurs de différents secteurs permettant de partager, discuter des résultats et des leçons apprises sur l'intégration du genre dans la sécurité alimentaire, la nutrition et surtout l'analyse de marché. L’élaboration de politiques et de programmes en faveur des hommes, femmes, garçons et filles à potentiel pour la sécurité alimentaire et une plus grande résilience sera discutée.
La conférence réunira des acteurs du secteur humanitaire/développement, des membres du gouvernement, des universitaires, ainsi que des membres du secteur privé et de la société civile, afin d’encourager des partenariats susceptibles d'influencer positivement l'autonomisation des femmes et des populations en situation d'insécurité alimentaire.
En effet, le rôle des femmes dans la lutte contre la faim est bien documenté : les femmes nourrissent leurs familles, produisent et commercialisent des aliments et jouent un rôle essentiel dans la fin du cycle intergénérationnel de la faim. Il est essentiel de comprendre comment les femmes peuvent être mieux soutenues dans ce rôle et de choisir une approche d’autonomisation pour renforcer leur prise de décision et leur résilience.
« Il est de plus en plus reconnu que l’égalité entre les sexes est le reflet d’une économie intelligente, mais pour la concevoir, nous devons comprendre les obstacles qui nous empêchent de l’atteindre », a déclaré Mr Abdou Dieng, Directeur Régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.
Pour apporter des changements positifs par le biais d’une programmation efficace, il est essentiel de comprendre la dynamique sociale complexe qui régit les systèmes alimentaires et la façon dont ils interagissent avec les ménages, les communautés et les marchés. De meilleures données peuvent améliorer celles qui sont déjà existantes.
Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) part de l’hypothèse que l’analyse du genre est un aspect humanitaire destinée à informer l’action programmatique. Une analyse comparative est nécessaire pour parvenir à l’objectif de l’Agenda 2030 consistant à atteindre l’objectif Faim Zéro (ODD 2) et à ne laisser personne de côté.
L’initiative VAM sur le Genre et les Marchés, créée par le Bureau Régional du PAM pour l’Afrique Centrale et Occidentale en 2015 et qui en est actuellement à sa troisième phase, a catalysé des approches systématiques novatrices et crée des outils et des stratégies pour améliorer l’accès au marché et l’intégration dans la chaîne de valeur pour les groupes marginalisés tels que les femmes et les jeunes.
« Les économies sont plus résilientes, productives et inclusives lorsqu'elles contribuent à réduire les inégalités entre les sexes et soutiennent activement la participation des femmes et des jeunes. C’est la raison pour laquelle le PAM, à travers cette initiative, met l’accent sur la réduction des disparités et un meilleur accès aux marchés pour les populations vulnérables », a déclaré Désirée Zwanck, Spécialiste Genre au Sein de l’Unité d’Analyse et de Cartographie de la Vulnérabilité (VAM), PAM.
Les efforts sont croissants au sein des Nations Unies et des autres organisations partenaires afin de partager et mettre en commun les données, permettant la création de bases de données conjointes, incluant les données du Partenariat Mondial pour le développement durable. Ces partenariats garantissent une compréhension commune des problèmes de sécurité alimentaires et des priorités communes d’action.
Des efforts croissants sont fournis de la part des Nations Unies et d'autres partenaires au développement. C’est dans ce sens qu’un partenariat entre le PAM et ONU Femmes a permis de lancer en Juin 2016, la plateforme numérique adaptée aux téléphones mobiles « Buy from Women » (Achetez auprès des Femmes), en partenariat avec le projet PPP (Patient Procurement Platform) du Programme Alimentaire Mondial.
Au total, 699 femmes issues de deux coopératives agricoles du district de Gatsibo dans la province de l'Est du Rwanda et d'une coopérative du district de Muhanga dans la province du Sud ‑ se sont déjà inscrites. Le processus d’inscription à la plateforme inclut une cartographie des parcelles des agricultrices et agriculteurs, laquelle sert ensuite de base aux prévisions de rendement.
En mettant l'accent sur l'autonomisation des femmes, le programme sensibilise également les agriculteurs aux questions d'égalité des sexes, avec pour intention de combler les inégalités existantes dans le secteur de l'agriculture et de garantir la participation équitable des femmes à chaque étape de la chaîne de valeur, y compris aux moments décisifs des négociations et des prises de décision.
Récemment, ONU Femmes a ainsi lancé le programme AgriFeD qui a pour objectif de lever les contraintes que rencontrent les femmes pour une agriculture productive et résiliente à travers quatre résultats attendus : (1) l’accès au foncier et la sécurité foncière des femmes renforcés (2) l’accroissement de la productivité des agricultrices à travers l’innovation et l’accès aux nouvelles technologies (3) l’accroissement de l’accès aux financements (4) l’accès aux activités à valeur ajoutée et aux marchés.
La plupart des projets de niveau national devraient être mis en œuvre avec un ou plusieurs partenaires clés d'ONU Femmes, notamment le PAM.

PiccMi.Com

Mercredi 27 Juin 2018 - 10:01



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.