contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Sénégal : Une loi contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme votée



Les députés ont voté hier, sans débats et à l’unanimité, la loi n°03/2018 contre le blanchiment et le financement du terrorisme et celle relative à la répression au faux monnayage et autres atteintes aux signes monétaires.



Sénégal : Une loi contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme votée
Cet arsenal juridique contre le blanchiment et le financement du terrorisme entre dans le cadre des actions engagées par la communauté internationale en vue de combattre efficacement la criminalité financière au sein des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, c’est une directive de l’UEMOA qui tend à harmoniser les textes de lois des pays membres, notamment les sanctions apportées à ce délit. "La prévention contre le blanchiment et le terrorisme est un combat de tous les instants et doit concerner toutes les couches sociales. Cette sensibilisation et cette éducation ne peuvent laisser en marge les acteurs politiques", a-t-il soutenu, avant d’ajouter que "le Sénégal aujourd’hui, dispose d’un dispositif légal qui lui permette de pouvoir lutter avec plus d’efficacité".

Evoquant le faux monnayage, il a indiqué qu’elle ne "se mène dans un seul Etat. C’est ce qui explique la signature, le 20 avril 1929 de la convention internationale pour répression du faux monnayage. Les atteintes aux signes monétaires et la fabrication de fausse monnaie constituent aujourd’hui, une préoccupation majeure. Au niveau de l’UEMOA, des moyens additionnels ont été donnés au juge à travers cette loi pour réprimer et sanctionner davantage cette pratique".

PiccMi.Com

Mercredi 14 Février 2018 - 12:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.