contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Sénégal, note B+/B de S&P: le bon et le mauvais scénario



Le 15 déc. 2017, S&P Global Ratings a confirmé ses notes « B+/B » attribuées à la dette à long et court terme en devises et en monnaie locale de la République du Sénégal. La perspective est stable. Voici le bon et le mauvais scénario de l’évolution de la note pour le futur.



Sénégal, note B+/B de S&P: le bon et le mauvais scénario
Le bon scénario
Des pressions haussières sur les notes pourraient émerger si le gouvernement parvient à résoudre les problèmes de gestion de trésorerie, et si les déficits extérieurs et la dette publique nette par rapport au PIB diminuent significativement.
Cela serait notamment le cas si le rythme de croissance du PIB devait dépasser celui de l’emprunt net. Selon S&P, la croissance du PIB réel devrait avoisiner 6-7% par an en moyenne en 2017-2020, grâce à l’augmentation des dépenses d’investissements. En principe, la croissance du PIB réel du Sénégal s’établira juste en dessous des 7,0% en moyenne en 2017-2020, contre environ 3,5 % en moyenne en 2011-2014.
“Nous nous attendons à ce que les institutions et la gouvernance du Sénégal demeurent relativement solides par rapport à celles d’autres pays assortis de notes similaires. Le pays affiche un historique de passation de pouvoirs sans heurts depuis son indépendance et a évité tout conflit civil majeur”, relève le rapport.
L’agence de notation estime que le Plan Sénégal Emergent (PSE) continuera de soutenir la croissance économique à moyen terme grâce à davantage d’approvisionnement en électricité, de travaux publics et infrastructures ainsi que d’investissements visant à stimuler la productivité dans l’agriculture et les transports. Le nouvel aéroport ouvert début décembre et situé à environ 45 km de Dakar pourrait quant à lui stimuler l’activité du nouveau centre industriel de Diamniadio, tout en réduisant le phénomène d’encombrement dans la capitale.
Du point de vue de l’agence, la soutenabilité de la croissance robuste du PIB réel à moyen terme dépendra de la capacité du Sénégal à favoriser encore davantage les investissements privés étrangers et nationaux. Les investissements directs étrangers nets restent relativement faibles à environ 2% du PIB. De plus, le Sénégal pourrait démarrer une production pétrolière à la suite de la découverte récente de gisements offshore, mais pas avant 2020 (notre horizon prévisionnel). “Nous n’intégrons donc pas pour l’instant d’éventuelles recettes tirées de cette production dans nos prévisions”, note l’agence.
Le mauvais scénario
En revanche, des pressions baissières sur les notes pourraient émerger si le gouvernement échoue à mettre en œuvre ses mesures pro-croissance, en particulier l’amélioration des conditions d’investissement et de l’allocation des ressources. La solvabilité du Sénégal pourrait également se dégrader si les déséquilibres économiques se renforcent ou si des pressions sur le taux de change XOF/EUR apparaissent. Une dévaluation (qui ne fait aujourd’hui pas partie de notre scénario central) augmenterait instantanément la dette publique rapportée au PIB, ce qui pèserait lourdement sur la performance budgétaire du Sénégal.
Par Financialafrik

PiccMi.Com

Vendredi 22 Décembre 2017 - 07:24



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Septembre 2018 - 13:04 Tensions de trésorerie : Boun DIONNE passe aux aveux


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.