contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Sidiki Kaba : « Karim a été libéré pour des raisons humanitaires »





Macky Sall a invoqué les « raisons humanitaires » pour libérer Karim Wade et cie. « Le président de la République Macky Sall a, pour des raisons humanitaires, décidé d’accorder la grâce à messieurs Karim Wade, Ibrahima Abou Khalil et Alioune Samba Diassé qui font l’objet d’une condamnation définitive et exécutoire depuis le rejet, le 20 août 2015, de leur pourvoi en cassation formé contre la décision du 23 mars 2015 de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) », a déclaré Me Sidiki Kaba, lors d’une conférence ce vendredi.

La grâce, précise-t-il, est une prérogative régalienne du Président de la République, consacrée par l’article 47 de notre Constitution. « Elle permet au président de la République d’accorder sa clémence à des condamnés dont la peine sera soit remise totalement, soit partiellement ou substituée en une peine moins forte », note le Garde des Sceaux.

Sidiki Kaba rappelle que le président Macky Sall a régulièrement utilisé cette prérogative constitutionnelle en faveur de milliers de condamnés à l’occasion de nombreux évènements ponctuant la vie de la Nation. « Ce sont, entre autres, les fêtes d’indépendance et celles religieuses comme la Korité, la Tabaski, la Tamkharite, Noël, Pâques. C’est ainsi qu’il a, depuis son accession à la magistrature suprême, accordé son pardon à 7193 condamnés », indique-t-il.

À ceux qui sont contre cette faveur accordée à Karim Wade et cie, il répond que « l’exercice de cette magnanimité souveraine ne procède nullement d’une démarche singulière ou exceptionnelle.

Elle est au contraire inscrite dans la continuité d’une action républicaine à laquelle ont souvent eu recours ses prédécesseurs. Dans un État de droit, il est de règle bien établie qu’autant nul n’est au-dessus de la loi, autant nul n’est en dessous de la loi », conclut le Garde des Sceaux à qui revenait l’exécution du décret portant grâce présidentielle de Karim Wade et cie. Un décret de libération exécuté, hier, tard dans la nuit.

seneweb


Vendredi 24 Juin 2016 - 15:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.