contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



TALLA SYLLA: «Mes solutions à la crise énergétique du Sénégal»





TALLA SYLLA:    «Mes solutions à la crise énergétique du Sénégal»
Aussi profondes qu’elles puissent être, les réformes institutionnelles et citoyennes auxquelles nous aspirons ne peuvent aboutir que si elles sont appuyées par des réformes structurelles ou complémentaires qui permettent à notre pays de faire face aux défis socio-économiques qu’il lui faut relever. Il nous appartient désormais de nous adapter aux mutations profondes qui touchent le secteur énergétique à l’échelle mondiale et dont tout porte à croire qu’elles ne vont pas s’estomper. Il faudra suivre une politique alliant d’une part la gestion rationnelle de notre système de production énergétique et d’autre part l’adoption d’une stratégie efficiente visant à garantir notre indépendance énergétique. Le diagnostic des problèmes auxquels le secteur de la production d’électricité sénégalais fait face est connu et largement partagé. La SENELEC rencontre de nombreuses difficultés financières et techniques. Mais ma conviction est que certains problèmes techniques liés à la production et à la distribution d’électricité au Sénégal méritent davantage de réflexions car étant la clé pour une meilleure disponibilité d’énergie pour les consommateurs. Le rapport entre énergie produite par la SENELEC et énergie finale arrivée aux consommateurs est très faible et ne répond pas aux standards internationaux. Il serait à ce jour de 0,6 au Sénégal lorsque ce même taux est dans beaucoup de pays supérieurs à 0, 9. Ainsi pour 100 KWh produits par la SENELEC, 40 KWh sont perdus avant d’arriver aux consommateurs. Ce qui cause un décalage non négligeable entre la production brute de la SENELEC et la production disponible pour les ménages et entreprises. Le Réseau de branchement actuel de la SENELEC est surdimensionné pour de nombreux clients. Cela est principalement dû à l’absence de démarches techniques approfondies pour accompagner le client à la souscription d’un abonnement et après cette souscription. Ce réseau électrique est également non équilibré et présente une mauvaise topologie liée à l’organisation urbaine anarchique dans certaines zones. Il existe également des difficultés pour détecter en temps réels les pointes de consommation afin de proposer des tarifs par tranches. Enfin la maintenance curative des équipements de production et de distribution dépasse largement la maintenance préventive.

Qu’est ce que nous proposons ?

Dans notre objectif d’amélioration de la production d’électricité par la SENELEC nous procèderons à une cartographie des consommations par ville, par département, par région et par catégorie socioprofessionnelle afin de comprendre COMMENT les consommateurs sénégalais utilisent l’énergie. Nous mettrons à jour le schéma physique du réseau électrique national en spécifiant clairement les charges annuelles moyennes pour chaque branche du réseau et les pertes induites.

Nous reverrons la topologie du réseau afin de minimiser les pertes en améliorant le facteur de puissance avec l’installation de nouvelles batteries de condensateur permettant de rendre le taux de perte proche des standards mondiaux. Dans cette dynamique de revoir la topologie du réseau nous supprimerons l’ensemble des réseaux aériens en milieu urbain. Nous proposerons des tarifs par tranche horaire en fonction des consommations par ménage, il faudra au préalable mettre à disposition des consommateurs des compteurs permettant de voir les consommations de pointe. Nous appuierons toutes les industries et entreprises qui le souhaitent, par des mécanismes incitatifs, à disposer de leur propre dispositif de production (solaire en priorité) et à utiliser le réseau de la SENELEC comme réseau secours. Nous mènerons avec les techniciens de la SENELEC une nouvelle réflexion sur les stratégies de maintenance du réseau en privilégiant la maintenance préventive qui devra représenter 80% du taux de maintenance totale. Cette réflexion portera également sur un plan pluriannuel de rénovations des équipements de production. Ces solutions techniques que nous proposons sont des éléments pour améliorer la production électrique à base de fioul et qui représente prés de 90 % de la production actuelle. Cependant la demande d’électricité au Sénégal est actuellement supérieure à l’offre et continue de croître à un taux annuel de 7 à 8 % représentant environ 50 MW de nouvelles capacités requises chaque année. Ma conviction est que nous devons aller à une réelle diversification de notre portefeuille énergétique pour répondre à la demande actuelle et faire face à la croissance de celle-ci. Le modèle économique du monde moderne est largement tributaire des disponibilités énergétiques. Le Sénégal n’échappe pas à cette règle. Il serait illusoire, trompeur voire suicidaire de croire et/ou de faire croire que nous pourrons réussir une stratégie de croissance durable avec une production électrique assise sur des intrants dont nous ne disposons pas, qui se raréfient sur le marché mondial et dont les prix à la hausse sont fixés en dehors de notre périmètre décisionnel. Pour cette raison, il faudra aller dans le sens de la réduction de la part de l’électricité produite à partir de dérivés du pétrole dans notre production énergétique totale. Cela implique obligatoirement une volonté politique prônant la diversification de notre portefeuille énergétique. Ainsi nous accélérerons les procédures concernant la mise en route de la centrale électrique à charbon de Sendou d’une capacité de 125MW. Soucieux d’honorer les engagements déjà pris par l’Etat sénégalais auprès de partenaires extérieurs et désireux de réduire notre déficit actuel, nous travaillerons dés 2012 à la sécurisation des approvisionnements nécessaires afin d’anticiper les disponibilités en charbon. Cependant, conscients que l’utilisation de cet intrant présente des contraintes sanitaires et environnementales certaines, il est clair que l’électricité par le charbon n’aura pas vocation à constituer une solution à notre crise énergétique sur le long terme.
D’un autre côté nous travaillerons avec nos partenaires de l’OMVS sur les mécanismes qui permettront d’augmenter la production hydroélectrique qui représente aujourd’hui prés de 10 % de la production électrique nationale afin de la doubler d’ici 2020 (notamment dans le cadre du Projet hydro-électrique de Felou en cours de réalisation et la mise en place de nouveaux projets hydro-électriques). L’indépendance énergétique et la sécurisation de notre production ne pouvant être effectives que lorsque notre pays produira de l’électricité avec un intrant dont il dispose en quantités suffisantes, nous réaliserons le projet ENERSEN (Energies Renouvelables Sénégalaises). Ce projet, en collaboration avec des partenaires qui ont déjà manifesté leur disposition, permettra l’installation dés 2012 de centrales solaires de 75MW chacune pour notre production électrique. Le principe qui guidera la réalisation du projet ENERSEN sera de produire 10% des besoins en électricité du Sénégal par l’énergie solaire dés 2017 et satisfaire 25% de la demande par le solaire dès 2025. Hormis la mise à disposition d’électricité suffisante à nos ménages et entreprises, ENERSEN aura des effets directs sur l’emploi par la création d’une société pour la construction des centrales (20% équipe de nos partenaires extérieurs et 80% équipe locale sénégalaise), par la création d’une société de maintenance in situ et par la création d’une société de sécurisation des sites d’installation des panneaux photovoltaïques. Il aura également des effets positifs indirects liés au transfert de compétences et de technologies qui figureront dans les clauses du contrat, la possibilité d’exporter les excédents de production à l’horizon 2035 et l’accélération du développement économique local.

Caractéristiques du projet ENERSEN

•Emplacement


Avant fin 2012, Nous procèderons à la création d’une première centrale solaire avec des panneaux fixes au sol sur une superficie de 100 ha pour produire 25MW d’électricité dés Décembre 2013 via un réseau haute/moyenne tension. Pour éviter les phénomènes de corrosion sur les panneaux, des sites raisonnablement éloignés des zones côtières seront privilégiés.

•Financement :

Le projet d’installation coutera 50 milliards de FCFA (par Centrale). Le financement se fera par un contrat de type intéressement avec des garanties de résultats. Ainsi 20 % du projet sera financé par les résultats financiers obtenus après chaque année d’activité sur une durée de 10 ans à raison de 2% par année.

Le prix du kWh ne variera pas pendant toute la durée du contrat

•Marché « clés à main » : conception - réalisation

Le consortium fera les travaux et signera un contrat de maintenance sur 25 ans pour toutes les pièces. Le marché ne se fera pas par lots séparés, la même entreprise s’occupant des Etudes, de la Conception et de la Réalisation (Installation, Exploitation et Maintenance des panneaux photovoltaïques). Le transfert de compétences obligatoire sera inclus dans le contrat. Cela s’accompagnera du développement de la filière énergie solaire dans nos écoles de formation de techniciens et d’ingénieurs avec mise à disposition de l’expertise par le partenaire stratégique.

•Durée du projet

o 14 mois pour la réalisation d’une centrale
o Raccordement par tranche de 5 MW

•Indicateurs financiers

o Prix du KWh produit : 80 FCFA
o Temps de retour brut (hors inflation économique) ~ 15 ans

•Garanties

o Panneaux photovoltaïques
Panneaux photovoltaïques couches minces avec une durée de vie garantie par les constructeurs à 25 ans

o Garantie de bon fonctionnement de la centrale sur 25 ans
Engagement de responsabilité fourni par un bureau d’étude ainsi que par les plus grands organismes de certification et de contrôle et assuré auprès des principaux assureurs européens et sénégalais.
o Sécurisation du parc photovoltaïque
Dispositif antivol de l’attache des panneaux par l’utilisation d’écrous antivol
Surveillance sur site par une équipe locale de sécurité
o Exploitation et Maintenance effectuées à distance et in situ
Monitoring quotidien de la centrale effectué à distance (depuis la SENELEC : Sites de Bel-Air ou de Cap des Biches)
Équipes de maintenance sur le site formées par les experts délégués par l’Entreprise.

La SENELEC aura pour rôle :

o D’assurer la Commercialisation de l’énergie produite
o D’effectuer le Suivi à distance de la production
o D’effectuer la Maintenance courante
o Et de procéder à la Gestion automatique du réseau (basculement solaire/fioul)

Au bout de 36 mois d’activités, chaque centrale solaire installée atteindra une capacité de production électrique de 75MW. Nous nous appuierons sur les pôles de développement économique définis par les Assises Nationales Sénégalaises en installant dans et autour de chaque pôle un certain nombre de centrales en fonction des capacités de production déjà disponibles et du niveau de la demande d’électricité dans ledit pôle. Notre ambition étant, à la fin de cette décennie, de produire 40 à 50% de notre consommation d’énergie par des intrants autres que pétroliers permettant d’anticiper la raréfaction et la hausse prévisibles de ses cours au niveau du marché mondial. L’objectif que nous devons, tous ensemble, atteindre à l’horizon 2035 étant de rendre notre pays totalement indépendant des combustibles fossiles dans sa production électrique avec la généralisation des énergies renouvelables dont nous disposons (hydro-électriques, solaires, éoliennes…) permettant de concilier le souhait des ménages et opérateurs privés à nos capacités productives : une énergie disponible à la demande et à faible(s) coût(s). Ces propositions qui ont vocation à fournir des solutions définitives à notre crise énergétique par des solutions, non pas ponctuelles, mais durables seront le socle d’un processus de développement social et économique pour un mieux être palpable pour chaque Sénégalais.


Yokku ba Yegko !!
TALLA SYLLA
CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE 2012


PiccMi.Com

Samedi 10 Décembre 2011 - 10:50



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.