contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



TRAQUE DE BIENS MAL ACQUIS : L'affaire Karim Wade/Pape Alboury Ndao vers un renvoi





TRAQUE DE BIENS MAL ACQUIS : L'affaire Karim Wade/Pape Alboury Ndao vers un renvoi
L’avant-première du volet Karim Wade de la traque des biens supposés mal acquis devra se jouer aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Dakar où le fils de l’ex-président Wade a traduit Pape Alboury Ndao. L’expert financier est accusé de faux et usage de faux et de tentative d’escroquerie par Karim Wade, actuellement en détention préventive pour enrichissement illicite. Il veut que Pape Alboury Ndao s’explique sur son rapport relatif au compte de 45 milliards découvert à Singapour et qui lui est attribué.

Dans ledit rapport, il est indiqué que Dubaï Ceramic avait procédé à des virements de 2 437 758 F Cfa et 13 372 942 dollars respectivement le 11 janvier 2012 et le 13 février 2012 au profit d’une société dont Karim Wade serait propriétaire à 100%, et dont le solde bancaire serait créditeur au 23 octobre 2013 de la somme de 93 761 204 dollars. Après avoir démenti le contenu du rapport à travers la presse, les avocats de Karim Wade ont également choisi la voie judiciaire en servant une citation directe à Pape Alboury Ndao.

Karim Wade va-t-il comparaître pour un débat contradictoire ? En tant que partie civile dans cette affaire, sa présence n’est pas obligatoire, mais tout dépend de la volonté du juge. Il s’y ajoute que l’affaire ne sera certainement pas retenue aujourd’hui du fait que le dossier est enrôlé pour la première fois et que le juge n’a pas encore fixé le montant de la consignation. En d’autres termes, le procès sera renvoyé.

Enquete


PiccMi.Com

Jeudi 22 Mai 2014 - 09:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.