contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Thiès: 4 agresseurs condamnés aux travaux forcés à perpétuité





Thiès: 4 agresseurs condamnés aux travaux forcés à perpétuité
La Cour d’assises de Thiès, présidée par Mamadou Lamine Diédhiou, a condamné lundi les accusés Gallo Ba et Ousmane Ba "Sombel" à des peines aux travaux forcés à perpétuité chacun tandis que leur co-accusé Aliou Sadio Bâ a été acquitté des poursuites au bénéfice du doute.

Les autres accusés Ousmane Kâ "Ndanane" et Amadou Kâ "Ndougou", qui sont en évasion, ont été condamnés par contumace aux travaux forcés à perpétuité. Tous ces cinq accusés étaient poursuivis pour des délits d’association de malfaiteurs, de vol en réunion commis la nuit avec violence et port d’armes et de viol collectif.

Dans son réquisitoire, l’avocat général Salobé Gningue a déclaré les accusés tous coupables des délits d’association de malfaiteurs, de vol en réunion commis la nuit, avec violences et port d’armes, de viol. Il avait requis les travaux forcés à perpétuité pour les cinq accusés Aliou Sadio Bâ, Gallo Bâ et Ousmane Bâ, Ousmane Ka et Amadou Ka.

Les faits se sont déroulés courant 2005, à Thiès. Les victimes avaient subi des agressions, suivies de vol et de viol par la bande dirigée par Ousmane Kâ, sur la Voie de contournement nord (VCN), sur la route de Tivaouane.

L’avocat général a cité le cas du caporal-chef Maguette Guèye et sa copine Diarra Sène, du colonel de la douane Simon Pierre Thiaw et de sa nièce Marthe Habbé, successivement agressés par cette même bande, entre le 26 avril et le 20 mai 2005.

Il a noté que le commissariat de police de Thiès a été saisi durant cette période de nombreux cas d’agression, au niveau de la VCN, près du village de Thionakh-Peul.

Selon lui, les éléments de la brigade de recherche, après investigation, ont pu appréhender le chef de bande, Ousmane Kâ au quartier Takhikao de Thiès, le 8 novembre 2005.

Pour lui, ce dernier, après arrestation, a dénoncé les autres membres de la bande d’agresseurs, Aliou Sadio Bâ, Gallo Bâ et Ousmane Bâ, qui furent à leur tour interpelés par les enquêteurs.

L’avocat général a indiqué que les accusés ont été identifiés et reconnus par leurs victimes à la suite d’une confrontation, tant à la police, que chez le magistrat instructeur.

Les victimes Simon Pierre Thiaw et Marthe Habbé --celle-ci a été victime de viol des cinq accusés lors de l’attaque, ont rapporté à la barre de la Cour d’assises leurs sévices le jour des faits, alors que leur véhicule était tombé en panne à la hauteur de Thionakh-Peul.

Ils ont tous réaffirmé à la cour que les trois accusés, devant la barre, étaient formellement leurs bourreaux avant de se constituer parties civiles et réclamer le franc symbolique, mais tout juste pour que justice soit faite.

Les avocats de la défense, Mes Aliou Sène et Ahmadou Sonko, ont tous attaqué l’acte d’accusation de leurs clients. Selon eux, avec ce seul acte, il très difficile à la cour d’établir la culpabilité des accusés sur les faits d’association de malfaiteurs, de vol en réunion, suivi de viol collectif.

Selon la défense, l’avocat général n’a pas rapporté les preuves de l’imputabilité des faits à leurs clients et qu’aucun témoin n’est venu a la barre, pour confirmer les accusations des victimes. Ils ont plaidé pour l’acquittement de leurs clients au bénéfice du doute.

APS

Mardi 17 Juillet 2012 - 11:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.