contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Un leader jihadiste tué au Mali



Mohamed Ag Almouner, un responsable jihadiste a été tué lors d'une frappe française au Mali.



L'un des leaders du groupe Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) ainsi que deux civils ont été tués dans une opération de l'armée française dimanche dans la région de Ménaka.
"Les commandos déployés (au sol après une frappe aérienne) ont constaté la mort de Mohamed Ag Almouner et d'un membre de sa garde rapprochée", selon un communiqué.
Le groupe EIGS, basé à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, est dirigé par Adnane Abou Walid Sahraoui, un transfuge d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a aussi codirigé le Mouvement pour l'unicité du jihad en Afrique de l'ouest (Mujao), un groupe islamiste malien.
Des victimes collatérales
Si la frappe de l'armée française a permis de neutraliser le chef de l'EIGS et blessé un autre membre de son groupe, elle a occasionnée des dégâts collatéraux.
Deux civils dont une femme et un adolescent ont également été tués ainsi que deux autres civils, précise l'état-major français.
L'état-major a exprimé ses "regrets" et présenté ses condoléances aux familles et aux proches des deux victimes.
Les blessés ont été pris en charge par les équipes médicales de l'armée française déployées sur place.
L'opération, déclenchée dans la nuit, a consisté en une frappe aérienne par deux avions Mirage 2000 sur la position du groupe terroriste, suivie d'une action au sol pour saisir la position.
L'état-major a annoncé qu'une investigation était en cours "pour déterminer comment des civils ont été atteints lors de cette frappe". (Bbc.com)

PiccMi.Com

Mardi 28 Août 2018 - 14:56



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 12:05 Aqmi dément la mort du chef Djihadiste Amadou Koufa


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.