contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Un multiplicateur de faux billets écope de 5 ans de travaux forcés





Un multiplicateur de faux billets écope de 5 ans de travaux forcés
La Cour d’assises de Dakar a vidé lundi le verdict du procès des deux Nigérians Wilkie Ajagbonna et Mohamed Osman et Ghanéen Felix Asahon poursuivis pour les délits d’association de malfaiteurs, contrefaçon de signes monétaires faux dans un document administratif, qui avaient comparu vendredi dernier.

La Cour d’assises s’est déclarée incompétente pour le cas de l’accusé Wilkie Ajabbonna dont les avocats avaient soulevé une exception pour la nullité du procès verbal d’accusation du fait que l’accusé est un mineur qui ne doit pas comparaître devant la Cour d’assises.

L’autre accusé Félix Asahon a lui, été acquitté, tandis Mohamed Osman a écopé de 5 ans de travaux forcés pour le délit de mise en circulation de faux billets de banque dans le marché. Il paiera également une amende d’un million de francs.

Par contre, dans son réquisitoire, l’avocat général avait déclaré les trois accusés tous coupables des faits qui leurs sont reprochés. Il a requis la condamnation aux travaux forcés à perpétuité.

C’est dans la nuit du 16 au 17 novembre 2007 que les éléments de la légion d’intervention de la gendarmerie ont été informés de l’existence d’un réseau de faussaires établi à Golf Sud (banlieue de dakaroise).

Les gendarmes ont saisi l’occasion pour tendre un piège aux faussaires en envoyant deux gendarmes en civil auprès du chef de bande Wilkie Ajagbonna qui consent à leur livrer la somme de 5 millions de francs en coupures de faux billets moyennant 250.000 francs.

Apres le rendez-vous fixé avec le chef de bande au salon de coiffure de l’un des membres de la bande, le Ghanéen Mohamed Osman établi à Grand-Yoff, les faussaires tombent le piège des gendarmes.

Une descente effectuée par les enquêteurs au domicile du chef de la bande, Wilkie Ajagbonna, a permis de découvrir un lot de matériel sophistiqué servant à confectionner les coupures de faux billets de banque ainsi que des pièces de monnaie.

Dans leur perquisition, les gendarmes ont également découvert un scanner, du matériel servant à la confection des visas d’entrée au Sénégal et au Burkina Faso, quatre passeports, du plomb et des faux billets de banque d’une valeur de 4.400.000 francs.

A l’interrogatoire, le chef de bande et son groupe ont tous avoué leur forfait. Ils ont soutenu que c’est un Nigérian établi au Mali qui leur livrait les faux billets de banque.

Les avocats de la défense avaient, lors du procès, demandé, l’acquittement de leurs clients, parce que, selon eux, le dossier d’accusation présente des failles et l’exception de nullité doit être recevable.

La Cour d’assise, à la suite de son délibéré, a accédé à la demande formulée par la défense, en acquittant Felix Osahon. Pour Wilkie Ajagbonna, elle s’est déclarée incompétente.

Le troisième accusé, le Ghanéen Mohamed Osman a écopé de 5 ans de travaux forcés.

Mr.Cmr - PiccMi.com

Mardi 28 Décembre 2010 - 10:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.