contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Victimes d’un cambriolage au festival de Cannes : Niang et Diawara perdent 300 millions de francs Cfa





Victimes d’un cambriolage au festival de Cannes : Niang et Diawara perdent 300 millions de francs Cfa
Présents à Cannes durant le festival la semaine dernière, Souleymane Diawara et Mamadou Niang se sont fait dérober de nombreux objets de valeur dans leur villa. Un butin estimé à 400 000 euros et plus (soit près de 300 millions Cfa).

Hilton, Lucho, les frères Ayew, Mango… Depuis plusieurs mois, les joueurs de l’Om ont la cote auprès des malfaiteurs de la région Paca. Et la série, malgré les mesures de sécurité prises par le club, ne s’arrête pas. Epargné jusque-là, Souleymane Diawara n’y a pas échappé la semaine dernière alors qu’il passait du bon temps à Can­nes avec son grand pote Ma­ma­dou Niang. Ils auraient été victimes, dans la nuit du 24 au 25 mai, selon Nice-Matin, d’un vol de plus de 400 000 euros dans une villa louée qu’ils occupaient à La Roquette-sur-Siagne, à l’ouest de la cité des festivals.

Diawara et Niang dépouillés de leurs montres. Les deux Sénégalais se seraient fait dérober quatre montres de luxe, de très grande valeur, pour un total d’environ 400 000 euros ainsi que plusieurs dizaines de milliers d’euros en espèces, un peu plus de 30 000 euros. Mais également des pièces de maroquinerie de grand luxe et des sacs de grande valeur de plusieurs milliers d’euros chacun.
Dès le lendemain, Diawara et Niang auraient discrètement déposé plainte auprès de la gendarmerie de Mandelieu-La Napoule. Alors certes, 400 000 euros, ce qu’ils gagnent chacun en moyenne par mois, ne représentent pas grand-chose pour eux, mais tout de même. Les vacances commencent mal !

Lequotidien

Vendredi 1 Juin 2012 - 14:50



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 12:38 De la cocaïne retrouvée dans des ananas


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.