contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Vuvuzela: la controverse commence à faire le B(u)ZZZZZZZ!



Bzzzzzzzz! Un essaim d'abeilles, voilà la métaphore souvent utilisée pour caractériser le bruit produit par les nombreuses vuvuzelas. Et il faut dire que cela correspond plutôt bien. Ce bourdonnement continu a valu vendredi un débordement d'appels aux standards de TF1. Certains ignorants pensaient même qu'il s'agissait d'un problème technique. Les efforts de la chaîne pour atténuer le vacarme, en utilisant notamment des micros spéciaux lors de France-Uruguay, ont été inutiles. Le bruit est toujours présent. Il est cependant vrai que certains ne s'en plaignent pas, car cela permet de couvrir les commentaires jugés parfois tout aussi insupportables.



Un vacarme assourdissant

Vuvuzela: la controverse commence à faire le B(u)ZZZZZZZ!
Il faut avouer que ça fait du grabuge. Bien utilisée, une vuvuzela peut émettre un son d'un volume atteignant 130 décibels (plus qu'une tronçonneuse). Ajoutez à cela le fait que l'instrument est utilisé par des milliers de spectateurs au cours du match et ça devient vite gênant, voire dangereux. Selon une étude réalisée par Phonak, une exposition supérieure à 100 décibels peut produire en effet une perte auditive en à peine quinze minutes. Pour pallier à ce problème, des bouchons d'oreille sont mis en vente sous le nom de "Vuvu-Stop", permettant de réduire le bruit d'environ 30 décibels. Au dos des paquets, on peut lire: "Très efficace pour la réduction du bruit. Bon pour le football, le rugby, ou à l'attention des footballeurs de divan pour ne pas entendre les récriminations de leur femme". Mais les vendeurs ne s'attendaient pas à ce que ces bouchons aient un tel succès, si bien que les boutiques du Cap sont provisoirement en rupture de stock.

De nombreuses plaintes

Au-delà du caractère désagréable de ce vacarme, cela couvre aussi le son des chants des supporters. Il est en effet bien dommage de ne pas avoir pu profiter ce samedi soir des chants anglais par exemple. Rien de tel qu'un "God save the Queen" entonné par les serviteurs de Sa Majesté pour vous faire frissonner. Le spectacle du football peut aussi avoir lieu dans les tribunes. Mais avec les vuvuzelas, quels que soient les matchs, quelles que soient les phases de jeu, quels que soient les supporters, plus aucune diversité, le constat est le même: Bzzzzzz. Alors, quand on a l'habitude d'entendre les encouragements des supporters se montrer plus pressants lors des dernières minutes lorsqu'il reste peu de temps pour faire la différence, ou encore lorsque les supporters essaient de mettre sous pression les adversaires lors d'un coup de pied arrêté, on est frustré de n'entendre rien d'autre que ce bourdonnement incessant.

De nombreuses plaintes

On a entendu Yoann Gourcuff se plaindre de l'impossibilité de communiquer sur le terrain: "Avec les vuvuzelas, on n'entend rien. Au niveau de la parole, on ne s'entend pas alors qu'habituellement on arrive à communiquer, on ne communique que par gestes". Le sélectionneur uruguayen Oscar Tabarez a également regretté de ne pas avoir pu faire passer ses consignes aux joueurs rapidement. Mais le sélectionneur néerlandais, Bert van Marwijk, est allé plus loin. Il a tout simplement interdit dès vendredi l'utilisation des vuvuzelas pendant les entrainements: "C'était agaçant et je n'arrivais pas à me faire entendre. [...] Ça ne sert à rien de s'entraîner si je ne peux pas parler à mes joueurs". Une pétition a également été mise en place sur un site internet (antivuvuzela.org) pour que les vuvuzelas soient interdites, les signatures devant ensuite être envoyées à la Fifa.

Un phénomène culturel

Mais il ne faut pas perdre de vue que c'est avant tout un phénomène culturel. Tout comme les olas ont marqué le Mondial mexicain en 1986, les vuvuzelas marqueront le Mondial sud-africain en 2010. D'ailleurs, l'objet se vend très bien aux entrées des stades. La vuvuzela est devenu l'attirail indispensable à tout supporter lors de cette Coupe du Monde, l'objet que l'on ramènera en souvenir après ce séjour en Afrique du Sud. Nombreux sont les supporters ravis de pouvoir souffler dans ces instruments originaux. Ainsi, alors que les joueurs et sélectionneurs se plaignent du vacarme, le gardien sud-africain Itumeleng Khune exhorte ses supporters à faire plus de bruit: "On veut des vuvuzelas plus bruyantes que ça lors de notre prochain match, contre l'Uruguay. Il y a eu des moments dans le match où les fans ne soufflaient pas dans leur vuvuzela". On est donc prévenus.

Moustapha Sakho (source football.fr)

Dimanche 13 Juin 2010 - 19:47



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.