contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Wade-Macky: Une tragédie familiale



La rivalité entre Abdoulaye Wade et Macky Sall date de 2012, au moment où l’élève, à la tête d’un jeune parti mal structuré, a décidé d’affronter le maître.



Mieux, il l’a battu, aidé en cela par une large coalition et une opinion publique qui en avait assez des ‘’wax waxeet’’, les velléités de dévolution monarchique, des coupures d’électricité et de la vie chère.
Depuis cette date, la situation politique nationale n’a cessé d’être rythmée par les batailles entre Wade et Macky, par Karim interposé.
Le maître s’est finalement radicalisé parce qu’ayant apparemment perdu toutes les batailles contre un élève qui a bien appris les leçons, mais qui a surtout bénéficié des apports d’un entourage riche fait de tous les dinosaures politiques vivants de ces dernières décennies.
Pis, l’adversité s’est transformée en animosité, tant les contradictions sont profondes, surtout quand le fils de l’ancien Président, déclaré candidat du parti par un congrès improvisé, est manifestement écarté des joutes électorales.
Il se joue alors, sous nos yeux, ce qui a les allures d’une tragédie familiale ou d’Œdipe.
Macky Sall est le ‘’fils’’ spirituel de Wade. Ce dernier l’a responsabilisé à tous les niveaux de la sphère étatique, surtout à partir d’avril 2004, date du départ d’Idrissa Seck de la Primature.
Sans broncher et en faignant d’être sans ambition et surtout docile et maniable, Macky a déroulé son agenda secret en s’attirant la sympathie de nombre de caciques du Parti démocratique sénégalais. Un groupe soudé qui s’est solidarisé de lui lorsqu’il s’est agi de créer son parti parce que Wade avait décidé de l’écarter du fauteuil de Président de l’Assemblée nationale.
Pourtant, Wade croyait beaucoup en lui. Il se disait avoir un ‘’fils’’ soumis et Karim un frère. Du coup, même quand Macky s’est présenté en 2012, Wade regardait tout cela avec circonspection, et parfois même d’une façon amusée.
Par la suite, quand Macky a été élu, le Pape du Sopi a continué à nourrir un secret espoir de la réalisation, dans une large mesure, de ses rêves en voyant son ‘’fils’’ atterrir sur le fauteuil présidentiel. Ceci est d’autant plus vrai qu’il a même demandé à ses partisans de le soutenir et de ne rien faire pour entraver son magistère.
Malheureusement, le ‘’fils’’ a commencé à surprendre le ‘’père’’ quand il a décidé d’arrêter Karim Wade en réactivant la Crei qui était un tribunal d’exception, mais surtout de circonstance, oublié par les juristes même.
Karim a été arrêté, jugé et condamné après deux mises en demeure jugées illégales par la Cedeao.
A partir de ce moment-là, Wade a vraiment compris que Macky ne jouait pas le jeu et qu’il est devenu pire que tout ce qu’il pouvait imaginer.
Il a voulu contre-attaquer, mais c’était trop tard. Les leviers activés n’ont pas été opérants car le ‘’fils’’ les connaissait et les a neutralisés à sa façon.
Wade est restée bouche bée et surtout exaspéré par le fait que toutes ses stratégies ont été jusqu’ici déjouées par un ‘’fils’’ qui le connaissait trop bien. Macky anticipait ses réactions et prenait les mesures adéquates en guise d’antidote. Il faisait semblant de négocier quand il le fallait, et devenait méconnaissable quand Wade commençait à nourrir de l’espoir.
Malheureusement, une telle situation n’augure rien de bon.
Si Wade est poussé dans ses derniers retranchements, alors qu’il est déjà très touché dans son égo, il risque des actes graves qui vont précipiter sa chute politique et historique. Et c’est ce qui risque d’arriver.
Ce faisant, le ‘’fils’’ aura tué et enterré le ‘’père’’ dans le cimetière politique et l’aura soumis au jugement sévère de l’histoire.
Comme quoi, seule la dévolution démocratique du pouvoir n’a de sens. Il n’y a pas de fils en politique. Ni les fils biologiques, ni les fils spirituels ne peuvent prétendre hériter de pouvoirs dans les instances comme les partis politiques.
Avec cette tragédie Wade/Macky, on aura compris qu’en politique, l’héritier du pouvoir aura été celui qui, de par son travail et ses capacités intellectuelles, aura assez convaincu la majorité.
Wade aura appris que son fils qui est arrivé au pouvoir a empêché son autre fils d’y prétendre.
Cela nous rappelle le drame des fils d’Adam, Caïn et Abel, le premier ayant tué le second pour une femme face à un Adam tout impuissant. La même impuissance dont Wade fait preuve actuellement, malgré ses gesticulations.
Sauf qu’ici, Macky vise à enterrer Wade et son fils dans le cimetière de l’histoire politique. (Assane Samb/Rewmi)

PiccMi.Com

Lundi 17 Septembre 2018 - 12:01



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.