contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



le Mouvement du 23 juin lance un ultimatum à Abdoulaye Wade



RFI - Le Mouvement du 23 juin, qui fédère une soixantaine de partis politiques et d'organisations de la société civile opposés à la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012, a organisé un meeting vendredi 23 septembre. Le M23 a laissé au chef de l'Etat jusqu'à la fin octobre pour renoncer à sa candidature. Sinon, il menace d'organiser des manifestations quotidiennement.



le Mouvement du 23 juin lance un ultimatum à Abdoulaye Wade
C’est bien un ultimatum que le M23, le mouvement formé après les manifestations du 23 juin, vient de lancer à Abdoulaye Wade par la voix d’un de ses leaders, Alioune Tine, le premier d’une longue série d’orateurs montés sur scène vendredi soir. Alioune Tine a appelé le président sortant à renoncer à présenter sa candidature avant la fête musulmane de La Tabaski.

L’objectif du M23 était également de faire entendre pendant ce meeting la voix des Sénégalais. La foule a ainsi vu monter sur scène un représentant des familles de victimes du naufrage du Joola, puis un membre de l’intersyndicale de la Sonatel, le principal opérateur de téléphonie du pays. Sont également venus témoigner un handicapé puis un habitant de la banlieue inondée, entre autres.

La foule a suivi tous ces témoignages dans un calme relatif. « Wade dégage », disaient là de simples feuilles imprimées brandies par quelques leaders, tandis qu’entre les interventions sur scène, les participants reprenaient parfois le slogan « Le vieux, va-t-en ».

Bien que le discours reste déterminé, la mobilisation du M23 pour ce nouveau rendez-vous a été moins forte que celle d’il y a deux mois. La place de l’Obélisque, qui était noire de monde le 23 juillet, était à peine remplie vendredi.

PiccMi.Com

Samedi 24 Septembre 2011 - 08:26



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Réagissez à cet Article

1.Posté par famille de victimes du naufrage du joola le 24/09/2011 13:21

LES FAMILLES DE VICTIMES VOUS ENCOURAGENT....
IL Y A DE LA FRANCAFRIQUE DANS LA GESTION DU NAUFRAGE DU JOOLA....
M. BOURGUI POURRAIT SANS DOUTE NOUS PARLER DU JOOLA ?

FINANCEMENT OCCULTE EN 2002 : TRES CERTAINEMENT UNE DES RAISONS POUR LAQUELLE LE PRESIDENT CHIRAC A BACHE LE NAUFRAGE DU JOOLA SURVENU LE 26/09/2002 LA PLUS GRANDE CATASTROPHE MARITIME CIVILE MONDIALE A CE JOUR....
NAUFRAGE DU JOOLA 26/09/2002 près de 2000 victimes, 13 nationalités, MAIS DES FAMILLES DE VICTIMES UNIES ET DETERMINEES.

LES INTERETS ECONOMIQUES ET POLITIQUES (Françafrique) doivent- ils entraver la vérité et la justice et bafouer les droits de l’homme.
UNE EPINE ENTRE LE SENEGAL ET LA FRANCE..... CES FANTOMES QUI HANTENT….. DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE.

On ne peut pas tourner la page quand on sait que le drame était prévisible... Tous du Président, son fils, aux ministres savaient que le bateau n’était plus navigable et pourtant on l’a remis en rotation après plusieurs avaries (la dernière 10 septembre 2002, le drame a eu lieu le 26 septembre). 2000 victimes mortes dans d’atroces souffrances pour la plupart des jeunes.
Les secours n’arriveront que 18 h après alors que le drame était connu, pourquoi ???? Tout était possible, des victimes abandonnées….
Pourquoi le président Wade a-t-il refusé que les forces françaises décollent pour porter secours ?

Un pool d’avocats sénégalais payés sur les deniers publics pour faire annuler tous les mandats mais la procédure judiciaire en France toujours en cours et toujours 7 mandats d’arrêts internationaux à l’encontre des présumés coupables. Un drame méprisé et bafoué mais des familles de victimes déterminées.....
Trop de zones d’ombres autour de ce drame.
DES IMAGES DOULOUREUSES, INSOUTENABLES ET DES TEMOIGNAGES QUI ACCUSENT LE POUVOIR SENEGALAIS

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.