contenu de la page



RETOMBEES ECONOMIQUES DE L’EXPLOITATION MINIERE AU SENEGAL : L’ETAT N’A EMPOCHE QUE 15 MILLIARDS CFA EN 2013





Le Sénégal tarde encore à tirer profit de l’exploitation de ses ressources minières. Les retombées économiques du secteur se chiffrent , à peine, à 15 milliards en 2013, soit 3% du chiffre global.

Les locaux de la Fondation Friedrich Naumann ont abrité, hier, un panel autour des droits de l’homme et de l’exploitation minière au Sénégal. Organisée par le Réseau des jeunes pour la promotion des droits humains (Rjpdh), cette rencontre a servi de cadre à Thialy Faye, membre du Forum civil, pour faire le point sur l’impact des retombées économiques de l’exploitation minière au Sénégal.

«L’Etat du Sénégal, en 2013, n’a empoché que 15 milliards de francs Cfa de ces exploitations minières, soit 1% du budget national», a-t-il ainsi révélé. L’économiste de déceler ainsi les failles de l’Etat dans les conventions avec les sociétés exploitantes. Il a indiqué à ce propos que «l’Etat n’évalue pas les conventions signées avec les sociétés minières et perd énormément de recettes. Parce qu’au niveau des conventions minières qu’il signe, malheureusement on les exonère par des taxes. L’État ne prélève que 3% de redevance, qui veut porter avec la réforme du Code minier à 5%. Si l’Etat du Sénégal ne tire de l’exploitation que 3%, c’est qu’on perd beaucoup de ressources».

Aussi, Thaly Faye est d’avis que «l’évaluation des dépenses fiscales que le Sénégal a eu à faire en 2012 prouve que l’État, en termes de dépenses fiscales, perd 4% du Produit intérieur brut (Pib)». «C’est quelque chose qui est énorme comme ressource. Avec cette perte, on ne plus compter sur l’aide publique pour se développer», a-t-il soutenu, en constatant aussi qu’«il y a un problème de recouvrement. Et l’Etat perd autant de recettes. Mais c’est parce qu’on attend beaucoup des entreprises minières. Si l’Etat veut réussir ce pari, il doit évaluer de manière régulière les taxes fiscales, tout en menant une politique efficace de réduction des exonérations fiscales afin de booster l’investissement régional».

En outre, se penchant sur la corrélation entre droits humains et exploitation minière, il a recommandé «de se focaliser sur la mobilisation des ressources domestiques pour FINANCER le développement. Car les droits humains ne sont pas promus, ne sont pas protégés». En effet, d’après M. Faye, «les populations ne bénéficient pas comme ils se devaient de ces projets. J’interpelle l’Etat à jouer sa partition pour la répartition des biens».

S’inscrivant sur cette même lancée, Marième Soda Mbacké, présidente du Rjpdh, a souligné qu’en dépit de la promulgation du Code minier en 2004, «les problèmes de droits humains demeurent, avec des conséquences énormes et les femmes et les jeunes constituent des victimes non négligeables. Les jeunes de moins de 24 ans représentants 34,5% de la population, constituent la tranche de la population la plus touchée par l’exploitation des ressources minérales».

Selon elle, «ces jeunes sont victimes de nombreuses atteintes graves et massives aux droits fondamentaux, tels que le droit au logement, à l’alimentation, au travail, à un niveau de vie décent, entre autres. Les populations impactées font l’objet très souvent d’une expulsion forcée, sans protection, ni garantie de recasement ou de réinstallation».

«Ces populations majoritairement paysannes vivant dans une situation de précarité totale et convergent le plus souvent vers les sites miniers où les conditions de travail sont extrêmement difficile, physiquement dur et rudimentaires. Elles sont victimes d’une surexploitation, avec des minerais radioactifs dangereux, sans une réelle norme de sécurité. Ce qui est assimilable aux pires formes de travail et de traite des personnes», a-t-il conclu.

Le Populaire

PiccMi.Com

Jeudi 23 Juillet 2015 - 17:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9