contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Toi aussi, Abdoul ! (Madiambal Diagne)





Abdoul Mbaye avait été nommé Premier ministre par le Président Macky Sall le 2 avril 2012. Cette nomination avait surpris même les plus initiés ! Le poste était destiné à Cheikh Tidiane Mbaye, alors patron de la Sonatel. Macky Sall avait déclaré à Cheikh Tidiane Mbaye, en 2010, qu’une fois arrivé au pouvoir, il en ferait son Premier ministre. Il promettait aussi de faire de Amadou Ba son ministre des Finances. Ces promesses faisaient peut-être rire les intéressés. Mais dès son élection comme président de la République, Macky Sall avait tenu à donner suite à sa promesse. Le profil qu’il avait dégagé pour le Premier ministre de son premier gouvernement était celui d’un technocrate, une personnalité libre d’accointances politiques.

Le nouveau chef de l’Etat voulait une personnalité équidistante à l’égard des formations politiques qui constituaient sa coalition électorale. Cheikh Tidiane Mbaye répondait parfaitement au profil mais déclina l’offre. Macky Sall lui demanda de suggérer quelqu’un d’autre et Cheikh Tidiane Mbaye porta son choix sur son frère aîné qui répondait lui aussi aux critères recherchés. Abdoul Mbaye, qui se trouvait en France, est prié de rappliquer dare-dare à Dakar pour se voir nommé Premier ministre du Sénégal. C’était un Premier ministre par défaut. Le destin en avait voulu ainsi. Qui disait que les voies du Seigneur sont impénétrables ?
Ce Premier ministre qui était si reconnaissant, on se souvient encore de ses déclarations, n’était point nommé pour le récompenser d’un quelconque engagement ou d’un soutien ou d’une action déterminante dans l’issue de l’élection de 2012. On ne peut donc pas laisser passer que, dans une tribune publiée la semaine dernière, Abdoul Mbaye se permette de dire ses regrets d’avoir en quelque sorte été abusé par Macky Sall. Abdoul Mbaye regrette d’avoir naïvement cru à la promesse de Macky Sall de réduire son mandat et que son «soutien» a été abusé. Pour lui, si Macky Sall avait été élu face à Abdoulaye Wade, c’était essentiellement grâce à l’engagement de réduire son premier mandat.
Abdoul Mbaye pousse le bouchon jusqu’à s’étonner que, pendant quatre ans, Macky Sall a tenu en haleine le Peuple sénégalais sur la question du mandat et qu’il aurait dû la trancher plus tôt. Pendant les dix sept mois qu’il a été le plus proche collaborateur de Macky Sall et chef du gouvernement, que Abdoul Mbaye nous dise s’il a, une seule fois, rappeler à Macky Sall la nécessité de trancher la question du mandat au plus tôt ?
En nommant Abdoul Mbaye, Macky Sall était très satisfait de sa trouvaille. Avant la Déclaration de politique générale de son Premier ministre, il se plaisait à m’expliquer son choix. Il n’aima pas ma remarque selon laquelle j’estimais que son choix procédait d’une erreur, car il aurait ainsi réveillé les ambitions refoulées de Abdoul Mbaye. Il est aussi à rappeler que ce dernier avait longtemps voulu s’engager en politique et avait tenté un militantisme à la deuxième coordination du Parti socialiste à Dakar. L’aventure politique fera long feu du fait de l’accueil qui lui avait été réservé et notamment par un chroniqueur avec un papier caustique intitulé : «Le tam-tam de Abdoul Mbaye.»
Je disais donc au Président Sall qu’il l’aura fatalement en face de lui à la prochaine Présidentielle. Le choix m’apparaissait aussi inopportun dans la mesure où Macky Sall ne pouvait pas chercher à être le chantre de la bonne gouvernance et faire de la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics son cheval de bataille et nommer à la tête de son gouvernement une personne qui a aidé à recycler dans le circuit bancaire de l’argent spolié au Peuple tchadien. Macky Sall s’est beaucoup offusqué des articles de presse qui ne ménageaient pas son Premier ministre. Il a longtemps cherché à le garder jusqu’à ce que la coupe fût trop pleine.
Abdoul Mbaye se déclare candidat à la prochaine élection présidentielle. C’est son droit et les électeurs auront à peser les différentes candidatures. Mais on ne peut pas s’empêcher de s’arrêter sur la justification de son nouvel engagement politique par la restauration de l’éthique dans la vie politique. L’ancienne Première ministre Aminata Touré n’a pas tort de relever que «le débat sur les valeurs n’est pas pour tout le monde». En effet, c’est quoi l’éthique pour le patron d’une banque de se faire adresser personnellement les relevés de comptes et autres courriers d’un de ses clients ? J’en ai les preuves. C’est quoi l’éthique pour un Premier ministre en fonction de se voir décorer le 13 novembre 2012 par un ambassadeur étranger, Nicolas Normand, qui, à l’occasion, révèle à la face du monde que ce Premier ministre est titulaire d’une nationalité autre que celle du pays dont il dirige le gouvernement ? C’est quoi l’éthique pour un Premier ministre de snober les convocations des juges pour différentes affaires d’escroquerie suite à des plaintes de particuliers ? Est-il certain que dans certaines affaires le Parquet aurait fait certaines réquisitions, si le mis en cause n’exerçait pas les fonctions de Premier ministre ? C’est quoi l’éthique pour un ancien Premier ministre de vilipender les autorités de son pays auprès de l’ambassadeur de France, Jean Félix-Paganon, leur imputant un cambriolage de son domicile ? C’est quoi l’éthique pour un ancien Premier ministre d’aller demander au président de la République de retenir le Parquet dans une procédure de bigamie, de faux et usage de faux initiée par son épouse ? Le volet civil de cette affaire a été jugé et Abdoul Mbaye a été condamné, par le Tribunal départemental de Dakar, à payer 50 millions de francs Cfa à son ex-épouse et à partager ses biens avec elle. On peut lui en vouloir mais à la vérité Macky Sall ne pouvait pas empêcher une telle décision de justice rendue après la dernière audience qu’il a accordée à Abdoul Mbaye et ce serait d’ailleurs léser les droits d’une autre citoyenne sénégalaise. La décence interdit d’évoquer les autres aspects sordides de cette affaire.
Abdoul Mbaye ignore-t-il que dans sa seconde patrie, la France, les anciens Premiers ministres ou même les anciens chefs d’Etat, dans des situations d’indélicatesse pareilles vis-à-vis de la loi pénale, sont gardés à vue et déférés au Parquet ? Lors de sa dernière audience avec Macky Sall, Abdoul Mbaye s’était montré si avenant qu’il s’était même permis de fustiger l’attitude de son frère Cheikh Tidiane Mbaye dans l’affaire de l’octroi de la licence 4 G. Macky Sall doit être étonné et déçu du comportement de son ancien Premier ministre. Le Parquet ronge ses freins attendant que la hiérarchie lui indique la voie à suivre dans un «dossier signalé». Mais si le procureur de la République lance maintenant des poursuites, on criera au règlement de comptes.
Dans sa tribune, l’ancien Premier ministre prône la rigueur et l’exigence de précision et de transparence alors qu’il verse dans l’amalgame et colporte de fausses rumeurs sur l’intention de Macky Sall de cacher dans le projet de réformes institutionnelles l’idée de supprimer le second tour de la Présidentielle. Il s’est peut être trompé de bonne foi.
Abdoul, Bonne chance à la prochaine Présidentielle pourvu que tu prennes la précaution de te délester de ta nationalité française qui risquera d’être encombrante au regard de la Loi fondamentale du Sénégal.


Mardi 1 Mars 2016 - 11:55



Réagissez à cet Article

1.Posté par professeur le 02/03/2016 06:05

C'est vrai que lorsque j'ai lu l'article de madiambel, j'ai été triste
Triste que ce pays transforme tout le monde ne mercenaire.
Ce journaliste, ancien greffier me dit-on n'avait donc pas sa place au tribunal, enfin ce que l'imaginaire considére comme un vrai tribunal, intégre et composé d'hommes compétents et honnétes, mais je suis persuadé qu'il n'a pas non plus sa place dans un journal.
Ses insultes sont motivés par quoi?
Que lui a ton promis?
Donc les hommes de macky et macky lui même ont des dossiers occultes sur l'intégre Abdoul MBAYE pour en révéler le contenui de ce madiambel?
Honte a cette république qui nomme les incultes, promeut les vauriens, considére que la laicité est une insulte pour une constitution.
Désormais le pays est dirigé par des bandits et cela est plus qu'inquiétant.

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.