contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La Rwandaise Louise Mushikiwabo désignée secrétaire générale de la Francophonie



La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour un mandat de quatre ans par les chefs d’État et de gouvernement réunis lors du sommet d’Erevan.



Au complexe Karen Demirtchian d’Erevan, il n’aura fallu qu’une heure aux chefs d’État et de gouvernement, réunis à huis clos, pour désigner la nouvelle secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophone (OIF). L’élue, comme cela était prévisible, est la ministre rwandaise des Affaires étrangère, Louise Mushikiwabo, notamment soutenue par les États africains et par la France.
LES CHEFS D'ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DES PAYS MEMBRES DE L'OIF ONT ÉLUS PAR ACCLAMATION MADAME LOUISE MUSHIKIWABO COMME LA NOUVELLE SÉCRÉTAIRE GÉNERAL DE LA FRANCOPHONIE. CELLE-CI A ÉTÉ PRÉSÉNTÉE PAR LE PRÉSIDENT KAGAME COMME LA CANDIDATE DU RWANDA ET DE L'UNION AFRICAINE.
— PRESIDENCY | RWANDA (@URUGWIROVILLAGE) OCTOBER 12, 2018
La secrétaire générale sortante, Michaëlle Jean, qui avait perdu le soutien du Canada et du Québec à la veille de l’ouverture du sommet, a prononcé le 11 octobre un discours virulent, dénonçant « les petits arrangements entre États » ayant conduit à la désignation de sa rivale africaine et ajoutant qu’« une organisation qui ruse avec les valeurs et les principes est déjà une organisation moribonde ».
Élue pour un mandat de quatre ans, Louise Mushikiwabo devient la quatrième secrétaire générale de l’organisation, après l’Égyptien Boutros Boutros Ghali (1997-2002), le Sénégalais Abdou Diouf (2002-2014) et la Canadienne Michaëlle Jean (2014-2018). (Avec Jeune Afrique)

PiccMi.Com

Vendredi 12 Octobre 2018 - 12:00



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.