contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Procès Karim Wade : Me Félix Sow évalue le préjudice de l’Etat à 200 milliards





Procès Karim Wade : Me Félix Sow évalue le préjudice de l’Etat à 200 milliards
Me Moussa Félix Sow, l’un des avocats de la partie civile dans le procès Karim Wade, a évalué, à prés de 200 milliards de francs CFA, le préjudice matériel et moral subi par l’Etat du Sénégal.

''L’infraction de corruption et d’enrichissement illicite’’ était établie, a dit Me Sow, lundi, au premier jour du démarrage des plaidoiries des avocats de la partie civile devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Auparavant, l’agent judiciaire de l’Etat, Me Mafall Fall, a insisté sur l’historique de la CREI, avant de souligner que les personnes poursuivies ont subtilisé des montants ‘’abyssaux’’ et ‘’faramineux’’ à l’Etat.

En écho, Me Bassirou Ngom de la partie civile a affirmé que ce procès est ‘’celui de la bonne gouvernance et de la reddition des comptes’’, dénonçant la ‘’ stratégie d’évitement’’ adoptée par le principal prévenu Karim Wade qui a refusé de parler depuis l’enquête préliminaire à la gendarmerie.

Les plaidoiries vont se poursuivre lundi après-midi. La parole sera toujours à la dizaine d’avocats constitués pour défendre les intérêts de l’Etat.

Karim Wade, le principal prévenu dans la traque des biens présumés mal acquis, ainsi que l’ensemble des avocats de la défense ont décidé de boycotter ce procès, dénonçant ‘’une parodie de justice’’.

L’ex-ministre d'État, de la Coopération et des Transports aériens, Karim Wade, Pape Mamadou Pouye et Alioune Samba Diassé sont poursuivis pour enrichissement illicite portant sur un patrimoine de 117 milliards.

Sont aussi poursuivis dans cette même affaire Ibrahima Khalil Bourgi, Pierre Agbogba, Mbaye Ndiaye et Vieux Aïdara, aujourd’hui en fuite.

Aps


Lundi 16 Février 2015 - 16:06



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.